Peru - Trip details

Kids will always be kids...
Two days riding along the Rio Chinchipe 
We arrived at the border by open bus from Zumba (40km). The border is like a place in the middle of nowhere with no welcome sign of such. We had to go from one office to another to have our papers in order. The next town is only 5km away. We started pedalling and after 20mn, we came across a nice hotel with separate cabins and a nice lawn. We acquired to see if we could pitch our tent and for a low cost, we got a nice spot and access to hot shower. We went into the town Balsa for a meal using the local moto taxi. The next day, we reached San Ignacio after 5h (44km) of mountainous trek. Nice town where we found a nice hospedaje owned by an old fart with rules for everything! From San Ignacio, we were headed for Jaen that we reached in 2 days (where we saw rice plantations). We stopped for the night in Tamporapa where we ate the lousiest meal of our trip, a bifsteak as thin and crisp as the bottom of my shoe served on plain rice and a few old tomatoes. The night wasn’t much better, we had noisy neighbours, who started with a quickie, lengthy conversation followed by unusual noisy snoring which didn’t stop with whistling or loud screams so the only solution was to pitch the tent in the end of the hallway, in the washing room! So avoid Tamporapa if you can!

We spent a day in Jaen so I went for a nice pedicure. Nothing like it to make you feel a woman again!
The next day, I decided to have a massage and found one who came to the hotel room. The massage was a different style, not very deep but still enjoyable with some joint movement added to it.
Friends at Casa de ciclistas de Trujillo
That night, we took an uncomfortable bus to Trujillo which gave us swollen ankles. In the morning, we jumped on our bikes and looked for a nice breakfast for mother’s day. We opted for a tea house with a long line up serving turkey and goose on a bun with coffee and juice! We stayed at the famous Casa de ciclistas owned by Lucho and his family, who has received cyclists from around the world for the last 20 years. We were happy to see Bart & Sara again that came from the Chachapoyas region. We met Gab & Steph from Belgium as well, a German couple, 2 young kids from USA and Rodrigo from Mexico. Some were going north, others were going south. It’s always fun to hear stories, look at maps and exchange tips.
Chan-Chan culture
Rodrigo left one morning, going north through Paijan. We were surprised to see him in the evening and found out that we had been robbed in Paijan by 3 kids in a moto taxi 15mn after being escorted by the police. Luckily he saw where the youngsters went and with the police, they found the robbers dividing their treasure. Rodrigo got his bike and belongings back and decided to come back to Trujillo as his bike needed work and to see with Lucho what should be done. We decided to go as a group to meet with the Police chief to make sure something positive could be done to stop the robberies on cyclo tourists as it has happened several times before. The chief was very diplomatic and assured us he’ll do all that was in his power. We all went pedalling through town as a group to meet with the different media (newspaper and TV) to talk about Rodrigo’s story. It was fun to act as a group. A few days later, we heard the robbers were released which might be normal. Who knows if justice is going to be done.

Trujillo is a beautiful colonial town nicely renovated. We went on a tour with our bikes visiting some of the houses and galleries. We visited Chan-Chan, a fortified town from the Chimu culture which built new towns for each dynasty (there has been 9, only the 8th is visited).
Party by the beach in Huanchaco
We went for a stroll on the beach at Huanchaco (known for their beautiful straw boats still used by the fishermen) where we ran into Bart & Sara having a visit with friends met on the boat Panama-Colombia. We joined them for a late lunch and wine on the beach, watching the sun set.

One of the 36 tunnels in the Cañon del Pato
Time to be on the road again. Gab & Steph are joining us on this trip. We’ve decided to go up to Huaraz.  We take a bus to Chao to avoid the Pan-am (70km). After 20km, we find the private gravel road that we’ll take us towards the Cañon del Pato. The sceneries are spectacular, desert, cactuses and rock formations in the background. We stop for the night in Chimbote where we ask the police to find us a place to set our tents. We got to bath in the river and the police were very helpful with all our needs. We have a nice sleep except for the dogs barking and the traffic on the road! After a warm breakfast, we are gone. The road is still gravel and is following the river. After 1h, we run into a French couple travelling north with a camping van that invites us for a strong coffee and cookies. It’s always nice to meet different travellers and exchange thoughts. We continue on and found a nice place for lunch where we got to share soup and sandwich. Towards the late afternoon, we ran into an huge waterfall  and decided to filter some water. We still have a few hours to ride which we had no idea. It’s getting dark and we’re still riding. We can see the village but we’re still not there. The road is going uphill of course and around like a snail. Finally we meet with the girls again and we ride the final km together. We get into town and look for a hostal when we hear a man asking Yves if he’s from Quebec. Beer bottles are getting out to us and it has never tasted as good! Hostal, shower, laundry and then diner. As we had a late evening, we got a late start. At 11h, we get into Huallanca and decide to have an early lunch with a good steak and salad. The next 4h, will take us through the Cañon del Pato and 36 tunnels. We are still on gravel road. The sceneries are stunning but we have to watch getting into some of the tunnels that no cars are coming the other way as it brings up badly the dust into our eyes and throat! After a while, we get on paved road and we’re all happy for the smooth ride all the way to Caras. We got to see our first white peaks. The town is quaint and a good base for going exploring into Huascaran park. We got to see the mountain Huascaran quite often during our ride.

Nice campsite with our friends
In the morning, I take Yves to see a GP as he’s noticed a worm living on the side on his foot. The GP wasn’t familiar with the worm but made a prescription for an antiparasite. Yves has put ice on the whole circuit of the worm and has found out that the migratory larva usually lives on dogs and can go to its intestines to reproduce but in humans it only lives under the derma and after a while…dies! We also had flees under the foot that lay eggs so you press the flee out from under the skin and a white worm comes out!! Isn’t this just so exciting news…I bet you want to know more, maybe on the next update!

We’ve decided to reach Huaraz in 2 days to get in all the sceneries and eat lot‘s of peaches given to us by campesinos. We camped the 1st night in Carhuas at the municipal park «la piedra del Diablo» in the back of the village where locals come to play volley ball. It was the perfect site except for the noisy band playing late, we guessed the village was having a party. After a long breakfast, we take the road again. We take a long lunch break as well, camping at the entrance of a village where they have provided benches. We reached Huaraz in the early afternoon and found a hostel I remembered from my 1st stay. The owner is a glacier specialist and has done research to try to slow down the ice melt down by using wood chips!
I was able to join with my guide on the Huayhuash, Klaus who now owns an agency with his family. We took him out for diner.
The next day, we went for a nice hiking with the girls to Churup lake at 4450m. It took us all day, with some nice climbing up along the waterfall. Once again, great views all day.
What a hike...
Huaraz lived through a terrible earthquake in May of 1970 that wiped the whole town and in the same time a piece of glacier fell into a lake which started a landslide towards the valley and the village of Yungay, in total 70,000 died from this terrible event!
From Huaraz, it took us 2 days to reach the pan-am. We left quite early as we knew it was going to be a long day. We have to ride up to 4200m. The road is beautiful, we have a picnic by a river. By 5pm, we are getting tired, it’s getting cold and we’re looking for a place for our tents. We’re 7km from the next village but we decide to camp at a farm owned by a couple in their late 50’s, no electricity, no running water. I’m frozen and try to warm myself up in the kitchen where the mamacita is starting a fire with cow dung to warm up her soup (rice water, sugar and aromatic herbs). We each cooked some pasta, the girls went to bed early and we decided to hang out with the owners. The farm is just by the road and they own 4 or 5 dogs so once again we’ll have a barking contest part of the night which will take our mind of the cold!
Downhill for 80km!!!
Luckily, in the morning, the sun is hot quite early and we can warm up our bones like the dogs, ducks, chickens and so on! We reached the next village, where we ate breakfast. Here’s the crossing, left is the road going along the sierra towards Cusco and straight is the 80km downhill to the pan-am. Once again, breathtaking sceneries, where you can see the road zigzagging down. We will encounter lot’s of motorcyclists going the way up. Towards the end, we will go through a village where they dry giant chili peppers in the fields with yellow, red, dark red and black patches, amazing…then we reach the town of Patamonga and we’re able to take a bus direct to Lima (177k in 4h!).

We got in Lima at 22h and start riding through the streets to find a cheap hostel in the neighbourhood. All we can find is sex hotels who rent by the hour so we choose one run by a woman and for 25 soles (8$ can), she accepts that we stay the night but we need to vacate by 7am! The room is big enough for our bikes but the bed is really for one with the other on top! The decor is made to arouse the couple with sexy poster and a mirror strategically placed! Surprisely, we had a good night. We departed from the girls in the streets of Lima, they went to Miraflores while we’re heading to Surco over my cousin Elodie and her Peruvian husband, Frederick. On our 1st day, we went with Elodie and a friend to the fabric market, a town in the town with stores in every crack and corner, pedestrian streets. It’s a crazy sight.
Lima by night!
Sunday, there was a parade with all the regions of Peru represented with their folklore dances. We then went to eat the famous Pachamanca (beef, pork and chicken in a special sauce with tamales, cheese, corn and potatoes) outside of town at a countryside restaurant.
We took advantage of the kitchen to cook for the couple and Frederick cooked us some Peruvian meals (soup, chicha morada and a pork dish).  We took a yoga class at a nice studio, went to the Museo de la Nation and to a classical ballet with a folklore twist. We walked along the malecon after eating at one of the famous restaurant’s of Gaston (famous Peruvian chef) La Mar, a cevicheria open only for lunch serving fusion cuisine. Then comes the good-byes to the young and beautiful couple and we’re off on the bus to Ica in the desert.

The ride in the desert.
It’s the pan-am but we would like to try the desert for a few days. The feeling is like riding on sand, a bit of wind, no villages, no life. Luckily, we have each other! Near 4.30pm we inquire about accommodation in the village but there’s nothing, we need to ride a bit more, on the other side of the hill to find hostals. We’re close to have done 100km, so what’s another hill! We find a nice and modern hotel but all the rooms are taken so they put us in the spare room for a good price. Bonus! The next day, we have only 50km to reach Nazca so we take our time and went to the solar clock hill to have a look at some Nazca lines. It’s fascinating to think these lines were made from 3000 to 500 years ago. The most plausible reason for the lines is a paigan ritual trying to stop the desertification. We visited Maria Reiche‘s museum where she use to live for the last 50 years of her life and who was studying and fighting to preserve the lines in Peru.
We went up the tower on the pan-am to see more lines, the one of the hands with one hand having only 4 fingers and the tree one. From Nazca, we took a night bus to Arequipa.(650km in 9h)!
Arequipa is a beautiful colonial town (2nd town in the country) with a restored old center. We stayed at the same hostal than Bob (Canadian who spent many years working in the Colca Cañon on the Majes project)
My friend Bob in Arequipa.
so we could spend time with him. We went out for a nice lunch (cui or guinea pig), walked the streets to admire the architecture, visited the Cathedral, the plaza central. Plaza San Francisco. We hope Bob will be able to visit us in Argentina.

Another bus Arequipa- Puno will take us the afternoon. There’s been trouble in the town with blockades by locals to show their disagreements of the government accepting foreign mines to enlarge their territory and jeopardize the lake and the local use of the water for agriculture, fishing and living.
Walking on the main street, you can see the damage of the riots on banks, phone booth, anything that belongs to the government.
We stay one day to bike along the lake, buy some warmer clothes and start the blog.
We take 2 days to reach Copacabana in Bolivia. The 1st day, after 80km, we choose to spend the night in Juli. We meet 2 cyclists from England, Ben and Emanuel who are going from Lima-La Paz in a month.
We invite them to share diner with us. We’re going for an early start as we would like to ride with a wind on our backs. The boys prefer to leave a bit later. Perfect morning, the sun is warm but the air is cold. 10km from the border, we run into some more cyclists, a mother (Véronique) and her son, Gabriel of 5y old on a special tandem (France) and a girlfriend from Canada, Isabelle. The Brits have catched up on us so we decided to have a picnic in the field. Gabriel is showing off, making us laugh and we’re all amazed by the strength of these girls and their determination. Bravo to the 3 of them (Ushuaia- Cusco in 3 months). We ride the 4 of us to the border, lot’s of tourists hanging out, waiting for their bus. Here we are, in Bolivia, looking forward to some great rides! The lake Titicaca is looking after us…

Oh! I almost forgot, here’s the results: Ollanta has won with 52.2%  in all region except Lima, Ica, La Libertad, Piura and San Martin and Fujimori got 48,7%. It’s seems to be a historic moment.
Definitely, Fujimori won with the rich and Ollanta with the poor.
Pisciculture in Lake Titicaca

Pérou - mai 2011
Frontière peu fréquentée
Depuis l’Équateur, nous sommes entré au Pérou par la frontière la moins fréquentée, celle de l’est. Ici, n’entre que les touristes d’aventures, ceux qui prennent le temps de sortir des sentiers battus. Nous sommes en fin d’après-midi, seuls à passer la frontière. Tout est tranquille. Ici, il n’y a même pas d’affiche qui souhaite la bienvenue. On passe les formalités et on saute sur nos vélos en quête d’un endroit pour dormir. Le premier village est à environ 5k. Mais sur la route, sorti de nul part, apparaît un hôtel luxueux. On demande si on peut camper sur cette belle pelouse qui ceinture les maisonnettes. En échange de 3$CAN, on nous dit oui et pour l’accès aux douches et toilettes, on nous donne la clé d’une cabine. Cela commence bien !

On nous offre ici la guanabana...mmm
La ville de San Ignacio se trouve à 44km. Avant cette étape, il n’y a que de petits villages sans services. La route de terre qui y mène est montagneuse. Le climat est semi-tropical et sec. On bouffe un peu de poussière et il faut trimer dur, mais la route demeure agréable. On fait de la pédale ZEN. Les heures passent sans qu’on s’en aperçoivent...seul l’appétit du cycliste nous ramène périodiquement à la réalité. L’estomac fait glouglou, on s’arrête et on se fait une petite bouffe de fruits, de sandwichs et légumes. On grignote constamment des biscuits et autres friandises caloriques. Cela donne de l’énergie. C’est connu, le nez dans le vent ouvre l’appétit. Avant d’arriver en ville nous croisons des paysans en fête. C’est la fin de la récolte. Ils sont saouls et veulent que nous festoyons avec eux. La fatigue est notre maître et après avoir avalé quelques lampées de bière chaude, nous refusons l’offre et continuons notre route.

Les rizières forgent le paysage
Après une nuit en hôtel à San Ignacio, c’est la grande descente jusqu’à la rivière Chinchipe. Ici, on plonge résolument dans un climat tropical humide. Dans cette longue vallée qui nous conduira jusqu’à Loja, on cultive principalement le riz. Il y en a à perte de vue et les rizières donnent aux collines des formes belles. Deux jours pour nous rendre à Loja. C’est sur cette route que nous avons vécu la pire nuit en hôtel et avalé le pire repas de tout notre voyage: un couple bruyant...mais très bruyant, s’est installé dans la chambre d’à côté. Pas seulement la baise, mais les ronflements, nous oblige à quitter notre chambre pour aller monter notre tente dans la salle de lavage. Ni la diplomatie, ni les coups sur les murs, ni les supplications à voix haute ne sont venus à bout de ce couple bruyant ! On a capitulé et retraité...pour enfin dormir. Et c’est dans ce même village, qu’au souper le restaurant nous a servi un morceau de viande frit qui ressemblait à des croustilles. Et la salade ? deux tranches de tomates à peine mûres. Le tout servi sur du riz blanc. Bon...on a l’habitude de ne pas se plaindre, mais là...ce fut difficile de finir notre assiette. Seul «l‘appétit du cycliste» nous a fait avaler ce truc. Mais en général, la nourriture courante à bon marché, bien que peu variée, est plutôt saine et bonne au goût. On nous sert généralement une soupe en entrée, suivi d’un plat composé de riz, des fèves, d’un peu de salade et une viande pour un coût d’environ 3$CAN. En tous cas, c’est beaucoup mieux que les FAST FOOD de nos contrées.

À Loja, on prend un jour de repos. J’en profite pour faire poser un nouveau talon sur mes sandales Keen. J’aime bien ces sandales, mais les talons usent trop vite. Heureusement, pour une bouchée de pain les cordonniers d’ici vous remplacent les talons en un rien de temps. Et la chaussure est prête pour un nouveau départ. Katja en profite pour se faire faire une pédicure et un massage. Loja est une ville poussiéreuse, pas particulièrement belle ni intéressante. De Loja, nous prenons le bus de nuit. Au premier chant du coq, les pieds enflés, on arrivera à Trujillo. Située sur la côte du pacifique, Trujillo est la seconde ville en importance au Pérou. C’est ici que se trouve la plus ancienne Casa de ciclistas (Maison de cyclistes) de l’Amérique du sud. On y fait la rencontre de Lucho, une sommité dans le monde du cyclisme. Ça fait plus de vingt ans qu’il accueille gratuitement chez lui les ciclo-touristes du monde entier. On y fait la rencontre d’autres cyclistes venus d’Allemagne, de Belgique, du Mexique et des USA. C’est agréable d’échanger nos expériences mutuelles, d’échanger des cartes et tracés. C’est aussi le bon endroit pour retaper les bicyclettes. Katja aura ainsi une nouvelle pédale ainsi qu’un rétroviseur. Je trouve un imper usagé en GorTex et de l’huile pour la chaîne. Je démonte, astique, huile et remonte le principales composantes de nos bolides. Prêts pour un nouveau départ !
Rodrigo entouré des cyclistes:, nous manifestons
contre les voleurs de Paijan

Mais avant de quitter, Lucho nous demande de participer à une pétition auprès de la police régionale. C’est que notre ami mexicain, qui a quitté la veille, s’est fait harponner par une moto taxi et fait voler sa bicyclette. Il a heureusement vu l’endroit dans le désert où les larrons se sont dirigés. Il a pu rejoindre la police. Ils ont suivit les traces de la moto et ont découvert les voleurs se partageant le butin. Ils furent arrêtés et notre ami a pu récupérer sa bicyclette et ses sacoches. Ce type de vol est récurrent dans cette zone. Il se produit toujours dans la région de Paijan, quelque 50km au nord de Truillo. Lucho a souvent fait des plaintes à la police qui accepte d’escorter les cyclistes...mais rien n’y fait, les attaques se perpétuent. Lucho pense que la police locale partage le butin et font semblant de protéger les cyclistes. Comme il y a un nouveau chef de police régional, il nous demande donc d’aller le rencontrer en groupe et de faire un battage médiatique. Nous sommes 12 cyclistes à participer à la rencontre et à visiter la télé, la radio et la presse. Grâce aux entrevues données par Rodrigo et à la photo des «bandits», plusieurs articles paraîtront et la radio en parlera. Mais quelques jours après notre départ de Trujillo, nous apprendrons que les malfaiteurs furent remis en liberté.  L’histoire ne dit pas s’ils passeront devant un juge ou non...mais bon, on a fait ce qu’on a pu dans cette affaire.
Bateaux typiques de Huanaco

Contrairement à Loja, Truillo est une ville coloniale proprette et fort jolie. Nous avons profité des quatre jours passés à la Casa de ciclista pour visiter le site archéologique de Chan-Chan. La culture Chimu a occupé ce désert pendant 9 générations ou dynasties. À la mort du chef, on construisait un nouveau temple. Aujourd’hui un seul temple et village qui le circonscrit fut restauré et peut être visité. Les descendants des Chimus vivent toujours à Huancayo, un village en bordure du Pacifique où l’on pêche encore à la manière des ancêtres. Leur type d’embarcation est intéressante à voir naviguer...mais a la vie courte...deux semaines de navigation et on doit en construire une nouvelle. Nous avons passé une journée dans ce village de pêcheur à se mettre les pieds dans la mer et à observer les pêcheurs ainsi que les surfeurs. Nous avons rencontré nos amis Belges et bu quelques bouteilles de vin sur la plage en regardant le coucher de soleil.

Sur la route vers Huaraz, on s'abreuve
à la source...
Après cinq jours passé à la Casa de Ciclistas, c’est le temps de reprendre la route. Nous quitterons Truillo par bus. 70 km plus loin, nous descendons à Chao, un village qui a poussé dans le désert. Nous avons 20 km à faire avant de bifurquer vers l’est et de prendre la route qui mène à Huaraz. Gab et Stef, deux jeunes profs d’éducation physique Belges nous accompagnent. Le paysage est magnifique. Composée de formations rocheuses rouges. On roule sur une route de terre battue privée qui mène à une petite centrale hydro électrique. Puis on passe par diverses formations rocheuses et de grands pans de montagnes ponctués de grands cactus. Étrangement, plein de mouches nous suivent. On ne sait pas d’où ils sortent....mais ils nous suivent et collent à nos vêtements. Et puis, on s’aperçoit qu’il ne faut pas s’arrêter trop longtemps, si non, les «sand flies» nous bouffent tout rond! J’ai mis de l’anti-mouche. Mais Katja et les filles ont pas pris la peine d’en mettre et elles seront toutes piquées. Étonnant de trouver tant d’insectes dans un milieu aussi aride.

Fausse route...cesse de pousser,
 il faut faire demi tour !
À la fin du jour nous arrivons à Chimbote, petit village composée de quelques maisonnettes qui bordent la route. La police nous indique un endroit où nous pouvons poser notre tente ainsi qu’un lieu pour nous baigner dans la rivière. Malgré la proximité de la route et des aboiements des chiens, nous aurons une bonne nuit de sommeil. Au petit matin, peu de temps après avoir repris la route, nous rencontrons un couple de français qui voyagent en maison mobile. Ils nous offrent le café espresso....quel bonheur de déguster un bon café bien corsé! Comme quoi, le désir est la grande force...jamais un café n’aura été aussi bon ! La route continue en longeant la rivière. Arrivée à une intersection, je vois que Katja et Stef on décidé de prendre le chemin qui monte la montagne. Bien que je doute que ce soit la bonne route, je les suit...heureusement un bus passe et m’informe que cette route mène seulement à un petit village. Après avoir fait signe à la Katja grimpeuse, nous faisons demi tour et dévalons la pente. Une heure de perdue...pas grave, la vie comme les paysages est tout ce qu’il y a de beau.

Rencontre avec des français qui nous offre le café.
Nous arriverons à un village plutôt propret où nous prendrons un excellent repas de viandes sur le BBQ. La dame cuisine pour des ouvriers qui bâtissent un nouveau barrage. Elle a un bon budget et la viande est bien épaisse. Cela nous change des steaks épais comme des feuilles de papier qu’on a l’habitude de nous servir. Dans l’après-midi, nous entrons dans le Cañon del Pato. La route de terre est maintenant coincée entre deux falaises bordées de hautes cascades qui se jettent dans la rivière tout en bas. Nous passerons par 32 tunnels! Lorsque le tunnel est long, nous devons naviguer avec nos lampes frontales et nous coller à la paroi pour laisser passer les véhicules. Heureusement, il n’y en a pas beaucoup. J’ai décidé de porter un masque. L’effet cheminé transporte la poussière que soulève les véhicules et on étouffe. Avec le masque ça va. Voilà  une de ces journées où on se casse le cou à vouloir tout voir et à surveiller la route en même temps. Mais le village où nous devons dormir se fait loin. La nuit tombe et on est pas encore là. Katja s’impatiente et me dit qu’elle en a marre. Elle veut faire du stop, mais y’a pas de véhicule. Allez un p’ti effort! Nous y sommes voilà qu’un homme m’interpelle et m’offre une gorgée de bière en me demandant tout de go si je viens du Québec ??? L’homme connaissait un québécois et m’a interpellé comme ça sans savoir. On a accepté son invitation et avons trinqué. Une bière n’a jamais eue aussi bon goût! Dans la même journée un espresso et une bière...bravo pour ce doublé! On s’est ensuite rendu à un petit hôtel pour prendre une bonne douche et profiter d’une bonne nuit de sommeil.

Parasite qui trotte sous la peau...voyez la ligne?
Le lendemain, la route devient de mieux en mieux...on rejoint la section pavée et nous apercevons nos premiers sommets enneigés. Excellente journée et soirée en hébergement. Petit pépin: je transporte un petit parasite sous mon pied. C’est comme un vers qui se déplace sous ma peau. Katja m’invite à aller voir un médecin. Le médecin de la montagne me dit qu’il ne connaît pas ce parasite et me prescrit tout de même un médicament antiparasitaire. Cinq jours de traitement et...le parasite s’est déplacé depuis le dessous du pied jusqu’au mollet. C’est seulement rendu à Lima que j’en viendrai à bout. Je l’ai gelé. Quelques petits glaçons ont fait l’affaire. J’ai fait une recherche sur Internet pour apprendre que mon passager s’appelle Larve migrant sous cutané. Ce parasite vient du chien. C’est seulement dans un environnement tropical que la larve, éjectée dans les excréments du chien, peut pénétrer la peau d’autres mammifères. Chez l’homme, la larve peut pénétrer l’épiderme mais pas le derme. La larve migre donc sous la peau jusqu’à ce qu’elle meure. Chez le chien, la larve pénètre le derme pour s’installer dans l’intestin où elle atteindra son état adulte et pondre ses œufs qui seront évacués par les selles et ainsi de suite.

Retour du lac Churup, nous faisons route avec les moutons
Mais reprenons la route du Huaraz. Quelles merveilles que ces montagnes. Les gens sont aussi sympathiques. On nous a offert des pêches. Bien que plus timides que dans les autres pays, les gens ne se font pas trop prier pour discuter. Nous avons passé par le village de Yungay, qui fut complètement détruit lors du tremblement de terre de mai 1970. Une portion du glacier sur le mont Huascaran s’est écroulé dans un lac qui s’est vidé et a emporté tous les arbres, les roches et la boue dans la vallée. Le village se trouvait au bas de la vallée et fut entièrement ensevelit. En tout, 70 000 personnes ont perdus la vie dans la région.

Notre campement chez un fermier à 4200m
Rendus à Huaraz, nous prenons un temps d’arrêt. Nous logeons dans un bel auberge d’alpinistes. Le proprio fait des recherches sur la fonte des glaciers. Il a développé une technique pour ralentir la fonte des glaciers par l’épandage de brin-de-scie sur les zones les plus ensoleillées. Cela ralentie passablement la fonte sans trop polluer l’environnement semble-t-il. Sa technique fut utilisée à Whistler lors des jeux d’hiver. On profite de ce bel environnement pour aller faire du trekking en montagne. Accompagné de nos deux cyclistes Belges, nous nous rendons au lac Churup à 4450m. Super journée qui me permettra de faire beaucoup de photos. Depuis le Huaraz nous prendrons deux jours pour descendre sur la côte et rejoindre la PanAm. La première journée nous montons jusqu’à 4200m. Ici c’est la Pampa où on fait l’élevage des moutons. Le paysage est grandiose...mais il y fait très froid! J’aurais bien aimé me rendre au prochain village pour coucher à l’intérieur. Mais vers la fin de la journée, les filles sont crevées. Nous demandons à un fermier la permission d’installer notre tente dans sa cours. Pas d’électricité, pas d’eau courante. Le seul combustible est le crottin de vache séché. Katja et moi passerons la soirée à discuter et partager un repas avec nos hôtes tandis que nos amies Belges iront tôt dans la tente. La nuit sera froide. Avec mon petit sac de couchage fait pour le climat de +3, je dois m’envelopper dans tous mes vêtements pour survivre cette nuitée. Il y a aussi les chiens qui feront le concert toute la nuit. Pas facile de dormir. Au petit matin, après avoir dégelé nos os en compagnie de la bassecour et fait la vaisselle dans la glace, nous quittons la pampa d’altitude. Le village se trouve à seulement 7km. Nous y prendrons un repas pas très bon, mais chaud. Puis ce sera la descente: 80 km de piste toute neuve...wahooo!!!
Séchage du piment en plein air

Nous verrons passer tous les types de paysages depuis la flore d’altitude jusqu’au désert. Nous croiserons ainsi un endroit où l’on cultive les piments de toutes les couleurs. Le paysage est peint de piments que l’on fait sécher au soleil. Cette journée là nous parcourrons 136km, notre deuxième plus long parcours en un jour après celui réalisé en Colombie.

Nos hôtes Éloie et Frederick à Lima
Rendus à la PanAm, nous décidons de prendre le bus jusqu’à Lima, où la cousine de Katja et son mari nous attendent. 4h de bus et nous voilà à Lima de nuit. On nous descend dans un quartier louche. Des poubelles est 22h., on a grand besoin d’un endroit sûr pour dormir. Mais dans le coin, les chambres se louent à l’heure. Pas moyen de trouver qq’chose de raisonnable. On fini par trouver un bordel géré par une dame qui nous laisse la chambre pour la nuit. Elle n’a pas de clients et l’endroit est tranquille. Mais il faudra quitter tôt...les bordels ferment le matin, c’est comme ça!  Après une bonne nuit de sommeil sans interruption, nous sommes ragaillardis. On quittera donc à 7h pour faire environ 15km en ville et arriver chez Élodie et Frédérick. On sera accueilli en famille. C’est bon d’avoir accès à une cuisine. Élodie autant que Frédérick sont d’excellents cuisiniers...on en profitera bien. On passera dix jours de repos et de visites à Lima. On verra une parade qui illustre une grande quantité de troupes folkloriques venus de plusieurs régions du pays; on goûtera à la fameuse Pachamanca, un met typique cuit sous la terre; pour tenter de s’assouplir les membres durcis par les heures passés sur la bici, on profitera d’un studio et cours de yoga; on visitera le musée national et nous assisterons à un ballet
Katja a décidé de m'encadrer...
classique inspiré par de légendes autochtones. Pour y sentir l’air du temps, nous marcherons Lima: beaux restaurants de fruits de mer et bars designs; belle promenade sur le malecon où on peut voir les surfeurs et de jolis parcs. Puis ce sera le temps du départ, des adieux...snif, snif, merci à nos hôtes pour un si bel accueil! On espère vous revoir en Argentine lorsque nous aurons un logis bien à nous.

On sort du cirque de la ville par bus. On se rend à Ica, ville de désert située à près de 200km au sud de Lima. De là, nous roulons sur la PanAm et profitons du climat désertique. Je n’aurais pas cru prendre autant de plaisir à rouler dans le désert. Tout est sec, chaud le jour et frais la nuit, les paysages sont grandioses et présentent une grande variété de tintes qui vont du marron au rouge. Les bicyclettes semblent aimer et ne demandent pas d‘huile. Nous roulerons 100km le premier jour. Notre destination est Nazca et ses fameuses lignes. Au deuxième jour, Nazca se trouve seulement à 50km. Avant de quitter Ica, on prendra le temps de faire une petite marche en montagne pour voir tout en bas l’horloge solaire. Ce sont des lignes laissés par le peuple Nazca, entre 3000 et 500 ans. Comme toutes les lignes tracées par le peuple Nazca de cette région, on peut seulement les apprécier depuis une élé préférence en avion. Les Nazcas n’avaient pas de forme d’écriture. On ne sait pas précisément pourquoi les lignes furent tracées. Certains pensent qu’ils communiquaient avec les extra terrestres, d’autres croient que
Katja veut s'envoler pour voir les fameuses lignes !!!

s’est lié aux prières faites aux divinités. Une Allemande (Maria Reiche), anthropologue a consacrée sa vie à l’étude et à la préservation de ces lignes. Son interprétation du pourquoi des lignes les lient aux connaissances astronomiques des Nazcas. Mais plusieurs astronomes ont démontré que seulement quelques lignes correspondaient à des mouvements astronomiques. La plupart des scientifiques s’entendent pour dire qu’il s’agissait de rites païens. Il y a 2000 ans, cette zone du Pérou était beaucoup plus verte. L’ère des Nazca fut marqué par une forte et constante période de désertification de leur territoire. Les lignes étaient érigées dans le but de calmer la colère des Dieux qui s’acharnaient sur le peuple...

Repas de cuy et de crevettes offert par Bob... MERCI !
De Nazca nous prendrons le bus pour Arequipa: 650km en 9h., c’est dire combien la route est sinueuse et monte, puis dévale les montagnes. Arequipa est une ville coloniale fort jolie. Elle est entourée de sommets enneigés. Elle fut détruite puis reconstruite à plusieurs reprises. Les tremblements de terre sont fré habitant disent qu’à chaque fois détruite, elle renaît toujours plus belle! Nous y rencontrons Bob Emre, un Canadien ami de Katja. Il a travaillé dans les années 70 sur les grands projets d’irrigation de la région. Il a maintenant plus de 70 ans et partage son temps entre sa vie au Pérou et sur l’île de Vancouver. Il nous fera visiter quelques coins d’Arequipa et nous sortira dans ses restaurants préférés. Merci Bob pour l’accueil!

De là nous prendrons à nouveau un bus pour nous rendre à Puno, ville riveraine du lac Titicaca. La ville est en état d’ébullition. Presque tout le mois de mai, la population manifeste son mécontentement envers son gouvernement. Juste avant le déclanchement des élections nationales, le président a accordé des concessions minières dans tout le sud du lac Titicaca. Selon les manifestants, la qualité de l’eau, de l’agriculture, de la pêche seront touchés. On demande l’annulation de ces concessions, mais le gouvernement ne change pas d’idée. On peut voir dans la ville, les vitrines des banques et édifices gouvernementaux saccagés. Nous profitons d’une trêve accordée par les manifestants. Quatre jours pour permettre la tenue du vote à la présidence. Les manifestants misent sur Ollanta Humala (candidat de gauche) pour régler la situation en leur faveur.

Pomme de terre cultivé à la main, plus durable que ce
qu'offre les minières canadiennes !
Nous aurons pu visiter les rives du lac Titicaca. Une merveille de la nature, à 3 800m ce grand lac navigable est le plus élevé au monde. Lors de notre passage, les blocages routiers sont levés et on laisse les touristes en paix. Pendant les manifestations, plusieurs touristes furent coincés dans leurs hôtels pendant plusieurs jours. Nous longeons la rive ouest du lac. C’est vrai que le cultures de grains, des patates ainsi que l’élevage de moutons et lamas semblent florissants. Malgré l’altitude, les terres sont fertiles. Les fermiers travaillent la terre à la main comme cela se faisait au moyen âge. Un modèle de culture durable ? C’est magnifique de voir tout le travail fait par ces fermiers. Ce serait effectivement dommage que ce beau territoire devienne un grand chantier minier.

Sur la route on rencontrera un couple de cyclistes qui voyagent avec un enfant de 5 ans. Quel courage cette Véronique qui transporte son Gabriel sur le devant de sa bicyclette tandem de conception allemande. 80 kilos sur deux roues depuis le sud de l’Argentine jusqu’à Cusco au Pérou. Elle est accompagnée par Isabelle, une québécoise. Les deux travaillent pour des Organisations Non Gouvernementales et se sont connus en Afrique. On prendra le lunch ensemble et aussitôt les adieux. Dommage qu’elles aillent vers le nord et nous vers le sud, on aurait bien aimé partager un bout de route avec eux. Et nous voilà à la frontière de la Bolivie où d’autres aventures nous attendent...à très bientôt !
Plaine de l'Altiplano où on cultive le blé à la main. Bien loin des méthodes employées dans nos prairies...