BOLIVIA - a hell of a trip (details here - ici)


6th of June to July 12, 2011
1167 km cycled in the country, 7939 km for the whole trip.
740km in trucks and buses

Full speed, right on....
Crossing the border into Bolivia was nice and easy. We were with Ben and Emanuel (2 British cyclists met in Juli) and from there, we had to cycle 8km to reach Copacabana. The view of the Lake Titicaca is stunning as is the village and the bay except the tourist aspect. Leaving the main street, we went towards the beautiful cathedral and the market to find a hostal. I’ve been here 2 years ago and hiked the Isla del Sol with my friend Myriam so I would like to take Yves on the Isla de la Luna but the price for a private boat is a bit unreasonable so we decide to go for the afternoon on Isla del Sol (the birth place of the Incas)…well big mistake, as the boat takes 3h round trip, it only leaves us 1h½ to hike! In the evening, we go for a nice trout diner near the beach.

Need a nurse?
The road from Copacabana to La Paz is just beautiful as it contours the lake and shows us the life of the campesinos living by it. We first had to climb for 20km then up and down for another 20km before going down towards the south end of the lake and taking a crossing at the isthmus. We had a picnic higher up at a village where the campesinos were having a political meeting in the middle of the field with people coming and going.
By the lake, you can imagine the hard work of the farmers with their herd of lamas and lambs, the soil is rich for all kind of potatoes and grains like wheat, barley and oat. The land is often covered with stacks of wheat neatly put together like a cone. In the afternoon, we’ll notice the farmers walking on stacks of potatoes to clean of the dirt and let them dry in the sun. Thanks to the Incas, here we find the greatest variety of potatoes in the world. We get to Huarani for the night and ask the local priest to accommodate us. He offers us a big dorm and a kitchen. Luckily as the nights are really cold and goes below 0 as we’ll notice in the morning when we try for the tap, all is frozen. The sun comes out quickly and warms everything up. We accept the offer of a coffee from the padre before we go on to La Paz. The road is still nice until we hit the suburbs of the capital, 20km before. We have lunch before at a village by the road (soup and milanesa). We’ll reach El Alto where we see people walking and lot’s of barricades which are stopping all circulation of cars and buses. A real nightmare of migration but all is calm and nobody takes any notice of us. We find out that the blockade is for complaining of a new law  replacing all the buses of 12y old and more (good for the environment but hard on the pocketbook).
Our first sight of La Paz!
To get into to La Paz, we take the autopista that goes all around and down towards the centre. The view on the city is amazing, you can really see that it’s built in a valley with no more room for more construction, it seems! We get near to San Francisco church and look for the coffee shop of Cristian that will take us to his Casa de ciclistas of La Paz. We’ll be staying 5 days as I got sick on the 2nd day (threw up and viral flu) and Yves on the 5th day! We didn’t enjoy the city that much except the beautiful market near our area, a German bakery, a breakfast at a nice hotel, a yoga studio and a concert of classical guitars at the Club-La-Paz. We also enjoyed the plaza near the university where at night, we saw dancers rehearsing for the Grand Poder (big parade on june 18th that we missed) and on Saturday, they had a big Feria for the music festival. At the Casa de ciclistas, we met a French couple coming from the south and a Colombian who had his bike and papers stolen. We spent a little time with Cristian at his shop, for diner and for lunch. He was getting ready to go to Europe to write a test to become a judge for international biking races. Thanks for your hospitality and help.

We left La Paz by bus to Oruro (240km in 3h30). We found a convenient hostal, went to the market and for a bite to eat. Coming back to the hostal, we ran into a big parade for the anniversary of the collegio with the students all in nice uniform, the music band, the teachers and also the ex students.
Prudes, do not look, we're going to step out!
From Oruro, we have 2 choices, both heading south, or we ride towards Potosi or we go towards the north of the Salar de Uyuni. We’ll decide on the way. The 1st day, will take us to Pazna (after 87km on paved road). For lunch, we stopped at Poopo (silver and zinc mines) and we took a dip at the agua thermales in a private bath, which is always a nice treat! At Pazna, we took an alojamiento with a family that runs a restaurant as well. The 2nd day, we took our lunch at Challapata where we ran into a bolivian guide with tourists that convinced us to go towards the Salar. We rode to Sanctuario de Quillacas (88km on paved road) where we found an albergue with a restaurant. The nights are cold, we’re happy not to use our tent!
Our 3rd day brought us gravel road and wind, not a nice combination. So after 50km, I don’t want to ride no more and we ask for hospitality at Tombo Tambillo. We run into one family but the mother is very shy or maybe speaks very little castillano and we find very little help with the children so we pitched the tent in front of the church, hoping that someone from the village has the key. We get warm in the tent, cook our diner and play cards. I hear a truck parking higher up and decides to ask the driver if he has the key to the church or could suggest us where to get protection from the wind. He shows us an empty room by a house with a crying baby so we decide to stay where we are. We’ll get a good night sleep after all.
Come and join us!...God
After breakfast, we start on more gravel road but the wind is not up yet. After 10km, we hit a village and just outside it, lies a crater made by a meteorite with a small lake. A beautiful sight!
We continue on to Salinas de Garcia Mendoza, with a sandy road at times, rocks and a nice scenery of a volcano and mountains. The atmosphere of the Capital of the region is casual and friendly. We find the market and run into a couple from France riding a tandem. They just did the Salar from south to north and are waiting to take a bus to Oruro. They gave us a few tips and jumped on the bus. They are going around the world and after reaching Lima, the next stop is Canada where they are going to cycle from Calgary to Vancouver!
We get direction for a nice hostal made of stones and cactus wood, just beautiful. The owner is running the place and offers us a meal of lama steak in their beautiful dining room with tables fill with salt or rocks  under glass as decoration . We’re having a good time with Ronaldo, 5 years old, a ball of energy.
Left or Right? Winter or summer?
After a warm breakfast, we’re ready for the road to Jirira which is on the other side of the volcano. We have to go up a pass and the village is there. It’s still early but too late to reach the island so we decide to stay in Jirira’s only hostal. After talking with a couple cyclists from Israel who’re cleaning their bikes and clothes, we go for a tour on the Salar de Uyuni (the biggest salt desert in the world) and visit the island of cactuses and fossilized coral reef. The vision is magical like being on a big frozen lake and when you come across a hole fill with a water, you wonder if it could get bigger and break through. The island could be a good set for a cowboy movie except you wouldn’t see a horse trotting on it! Yves is in heaven, taking pictures left and right. Back at the hostal, we’ll share diner with Shoham & Amit, telling bike stories.

My new boyfriend!
What a free show!!
The 21st of june is a perfect day to be on the Salar. We’re happy to be riding on it but our excitement will be short live as the salt isn’t nice and smooth which makes the ride bumpy and tough! The sun is hitting strong and we take our picnic finding a little shade by our bikes. There’s no noise except the wind. We’ve been seeing the island for a while now but it’s still far away. Finally after 4h30 and only 44km, we’re there! It seems there’s a fiesta on the island, we see indigenous people in traditional clothes, dancing, eating coca leaves and drinking beer! Tourists are there too, taking pictures and dancing. We get in the groove and follow the dancers. After a few hours, everybody leaves and we’re left alone with the staff guarding the island and the 2 elders (1st permanent inhabitants of the island). We continue drinking beer and a strong alcohol like grappa. We’ll watch the sun set giving us a spectacular show for the winter equinox and the Aymara New year. We’ll dance with the sun, singing to the gods, feeling quite happy to share this day with the Bolivian Aymaras. We should be setting our tent on the Salar but a nice bed seems to a good temptation to stay inside.
A nice breakfast waits for us in the sun and time to say good-bye to our new friends, we’re off to spend another few hours on the Salar. This time, we have tracks to follow made by the numerous jeeps bringing tourists every day which makes the salt smoother and makes the ride faster! Getting closer to Colchani, we stop at the museum/salt hotel (1st salt hotel built on the island, 10y ago) . Getting even closer, we ride among the salt pyramids and water. There’s a time where the locals made their money from picking salt but today, the area is turned towards tourism with tours and salt hotels. Another 4km, we’re at the centre and we check into a modest salt hotel where the owners have also a small artesania store and salt packing business. We decide to cook our own diner as nothing looked appetizing in town.
After breakfast, we decide to clean our bikes as the salt could be quite damaging to the motor! We ride 20km to Uyuni, a pleasant ride between gravel and dunes. The town is a hoping one with gringo
restaurants, a busy market and tours! We tried to fetch a bus for Potosi that afternoon with no luck.
To the Pachamama (Mother Earth)!
So we spent a night at a brand new hostal with some young managers. We’re June 24th, St Jean Baptist day which is a festivity in Bolivia as well. There’s small bond fires left and right through out the town, a concert with a DJ is taking place at the cultural centre where youngsters are dancing and drinking hot milk with alcohol. We go back to the hostal where there’s a bond fire and at midnight, they make a ceremony by offering sweats and herbs to the Pachamama (Mother Earth) by burning it with coals and dropping small amounts of alcohol at the four corners of the hostal (like a christening and for good luck).
Next day, it’s the bus for Potosi (200km in 5h!)…after 1h, the bus stops, there seems to be a problem with the transmission…people are patient, no communication, we just have to wait…people start to talk about going back to Uyuni, there’s no other bus that can replace it….suddenly, the bus restarts and we’re gone again…Bravo, Mr driver…Potosi, big city with Cerro rico in the background (famous silver and zinc mines). It takes us more than 2h to find a decent hostal with heating and breakfast included for 100 bolivianos ($14). For diner, we went for upper class restaurant and had a nice lama steak with a sauce aux fines herbs.
The next day, the museum de la moneda is a must as Potosi was a major printing centre for all the Spanish empire in the 17th century. The town was as or more populated than Paris or NY in the same era.
Without miners, there's no Potosi!
We took lunch at a vegetarian restaurant and decided to visit the Cerro Rico on our own. We took a microbus and got to the main entrance. We went into the museum and found out we could visit a mine for ½h with a local kid. All the big mines were close due to the lama sacrifice performed in the morning and all the miners were eating and drinking beer. This was the 3rd and last Saturday of the ceremony. The kid took us to get boots and helmet with a light. We enter the mine but after a few steps, I decided to go back to the open, I must be a bit claustrophobic! I had this constant image of being trapped and not having enough air…forget it. Yves continued with the kid and went a bit deeper to see the kind of work done in the mines and to a place where there’s a poolie system to bring up and down buckets of soil and rocks.
Quite a bit of activities on the Cerro with families having small cabins, washing clothes and kids playing around among dirt and garbage! There’s more than 500 mines being exploited cooperatively and we’re wondering if one day, the whole mountain could collapse.
Tonight, is movie night. We’re going to see « The little red riding hood » at the local cinema in Spanish! Instead of being in 35mm, it was a video on a big screen! But they did have popcorn!
Today, we’re riding to Sucre. It will take us 2 days (150km). We’ll spent the night in Millares, we got there in time to watch a soccer game between Peru and Argentina at the local restaurant. It’s a busy place as the buses stops there for diner. Millares to Sucre is fill with ups and downs so we’re happy to finally enter the white city and on the main drag, we run into some cyclists from Europe who takes us to their hostal but the place seems to noisy for us. We decide to go for a smaller hostal Wasi-Masi with a nice ambiance and rooms with a Japanese touch. Paolo (Italy) and Pinar (Turkey) will join us on the 4th night.
Where is the real one?
In Sucre, we mainly relaxed ourselves and visited a few museums. We also went for the dinosaur park where you can admire a wall found by a geologist in the 80’s with foot prints of different species of dinosaurs. It was declared part of the world heritage in 1998. It’s thought that the wall was once part of the floor and shifted with the evolution of the tectonics plates. I was quite impressed by the wall even though it’s far away from the view station to have a good look.
The 1st of July, we left Sucre for Tarabuco. Paolo and Pinar will join us at lunch at Yamparaez as they needed to go by the hospital for a vaccination. We’re going to ride together for a few days until Padilla where they’ll go north (Vallegrande, Cochabamba) towards Peru and we’ll head east then south to reach Boyuibe where we would like to ride the train until the border. The weather is perfect for riding, not too hot and it’s nice to have company. Close to Tarabuco, we encountered campesinos who are busy with the separation of the wheat. It’s a few days work as it’s only for their consumption. They use a wood fork to levitate the wheat in the air and it’s separates before reaching the ground. The woman uses brooms to make 2 stacks, one of the grains and one of the straw. We gave them a hand, took pictures and decided to stay around for the night. We asked a few houses down if we could pitch our tents on their property. We’re welcome and the mother comes back a few minutes later with a bowl of hot potatoes soup! We’re going to cook in their courtyard so that we can chat with the family (running water but no electricity).
No machinery here!!!
In the morning, we have a quick breakfast as we’re only 5km from Tarabuco. Pinar isn’t feeling great so we’re going to take a room for the night. It’s perfect as we can then witness the Sunday market, the next day. We found out there’s a gastronomia y artesania feria that day as well. Our 1st mission is to find a restaurant serving a nice breakfast. Bingo, on Sundays, the town wakes up and you can find places for tourists that are full of charm. Nice tables in the courtyard, good coffee with toasted bread and eggs!
The market is slowly coming alive with agricultural stands showing their different plants and vegetables, campesinos kitchen serving typical dishes like vegetarian stews with potatoes, beans and garlic, quinoa served with cheese, soya drinks…a real feast. On the other side, campesinos are showing the art of weaving. Their weaving frame is made of 2 pieces of wood joined together and the wool is set down with a horn. The designs are very intricate and it takes months to make one piece. Every piece is unique and tells a story. We bought one from a stand and met the young weaver of 13 years old who lives at a nearby village. Artesania has been revived for the last 10 years in this area with the help of a local organisation.
Gastronomy fair in Tarabuco
After the market and trying to taste at different dishes, we decide to take the road. We’ll only be cycling 50km to reach a small community of Tejas where we got to camp at the old school ground with a tap of water and even toilets! It’s a treat and will have the visit of the local kids as well. We got a surprise after Zudanez, the road became gravel and on our map made in Canada, the road is supposed to be asphalted all the way. We have no choice then to continue on gravel road for 5 days!!
After a warm and long breakfast, we’re ready to hit the road. After 30km in 3h, we get to Tomina for a late lunch in the church park. We make a run at the market, go for coffee and find a nice hostal «Buena vista» with a nice courtyard and cheap as well…too tempting. We start with a beer, relax with the cat and a book and take a nice hot shower. We’ll cook diner and chat with the owners, 2 brothers who lives in Sucre and Santa Cruz. The hotel is a family inheritance and I think it might have been the family house at one point.  They also own a farm and produce milk and cheese. It’s a peaceful place.
My new friend!
After a good night, the next morning we ride towards Padilla. Ups and downs, dust and stones later, we get to a nice country town with a big main square where we take our lunch. We met a nice young girl selling candied apples that is curious about our trip and will show us around the town. We end up at the market where we saw our good-byes to Paolo and Pinar. We’re going to try to find a lift and after only 15mn, a big truck fill with other travellers is taking us high towards the mountains. We’ll travel standing up to keep our bikes up right and will be friendly with some young workers from Santa Cruz (setting up internet cable through out the country side). The ride is 80km for 2h½ and will end in Thi-yumayu where there’s a hostal and restaurant run by a friendly family met on the truck. How lucky we are!! The hostal is not high standard hygiene wise and sometimes I wonder why do people have to live with shit all around them…and then you have to eat their food and luckily I can just close my eyes and put myself in a clean surrounding (do I sound like Forrest?).
Thi-yumayu is a small community by a river and the ride will take us through tropical forest with ups and downs on gravel road. We’ll have lunch in another small community of 30 families by a river (maybe the same one) and will continue until reaching Monteagudo after 6h on the bike. It’s the capital of the region and you can feel the town is changing fast. It will as soon as the road will get paved. We’ll stay one full day as I feel a bit tired. Great, as TV Peru is having all day long, a live show from Machu Pichu for the 100th anniversary of the discovery by Hiram Bingham. From Monteagudo, we’ll hit Muyupampa after 50km. We’re debating about looking for a hostal or use our tent when we get an invitation from a boliviano living in Dallas to follow him to his father’s house. We can use the tent and we got to cook a nice pasta diner for a change!! Jay is visiting his father after 7 years and will travel together to Sucre to spend time with his sister. What a nice encounter!
No comment!
In the morning, after a few pictures and eggy breakfast, we’re off towards Incahuasi mountain. It’s a steep uphill and we’re getting a bit lazy so up goes our thumb. We get a lift to the top where’s erected a small chapel to the virgin. The down hill is welcoming and fun through a green forest. What do we see after a bend, a big gas rig (like in Alberta). After a nice picnic, we hit the hard stuff, SAND  - HEAT and MOSQUITOS, meaning no fun….I even have to push the bike, no f@&%* fun at all! Finally we make it to the paved road at Ipati and we kiss the asphalt! To make the evening nicer, we take another lift to Camiri to spend the night at a 3 star hotel as it’s my B-day the next day! Not quite 50! Hey,hey,hey…
So after a nice massage by Yves, we have diner at the hotel’s restaurant. We chose a picante (a mixed grill) and a nice salad. The town is having it’s anniversary too so many hotels are full and the center is hoping with a live band and a fair. So let’s get dancing.
Feliz compleaño!!
Breakfast in bed is always a nice treat…relax all morning and then we get the bikes ready. Before leaving town, we have lunch at a nice local comedor offering BBQ meats and chicken. We’re close to Argentina!
The ride will take us to Boyuibe where we hope to catch the train to the border. Well, no luck, the train only leaves on Thursday and we’re Sunday night…even so it sounds like it’s a slow train, so forget it!
We spend the night at the Catholic quarter with Padre Apolinar. He offers us to spend the next day with his family, one hour away at the family farm and to take us to Vallemontes. We’re up at 6am and once at the farm, we get to have a nice country breakfast. Padre takes us on a tour of the propriety, land with citrus trees and we can taste them on the way. We have a chat with the mother, abuelita of 80! His sister is preparing lunch, peanut and vegetable soup followed by meat and yucca. We have a nap, read a book and …relax, coffee. Then time to leave for Vallemontes. Thanks to the family & Padre for an awesome day!
Vallemontes is rich from oil and now gas. We feel the Argentinean flair, people drink maté and BBQ meat is offered at every corner. We have breakfast at the local market and hope to get a lift to the border. 15mn later, a nice gentleman working in the oil business will take us in his pick up! Uyuibe is the last town in Bolivia for us. We have a quick lunch, finish our vegetables as we can’t pass the border with  them. Argentinean police are strict and ask us to pass our bags through the x-ray machine! It’s a first! Nothing to declare, not even coca leaves! We’re now in Argentina, incredible…after 9 months and over 8000km!! We can’t wait to eat a good steak with an Argentinean wine and to dance tango at the same time!

What we saw in Bolivia is only a shadow of what really exist there!


Du 6 juin au 12 juillet 2011
1167 km parcourus sur nos bicyclettes et 7939 km pour l’ensemble du voyage (9 mois).
740 km en camions ou autobus

Frontière de Copacabana
L’entrée en Bolivie par Copacabana est beaucoup mieux que la frontière classique de la Pan Am. Le village de Copacabana, bien qu’un peu trop touristique, demeure un incontournable de la Bolivie. C’est d’ailleurs la seule ville bolivienne qui donne sur le lac Titicaca. C’est ici, sur l’île du soleil, à quelques brasses du village que serait né le Premier Inca. Nous sommes demeurés deux nuits à Copacabana. Katja voulait me faire visiter l’île du soleil et si possible l’île de la lune. Lors de son voyage en 2009, elle a marché l’ile du soleil et disait que ça valait le coup. Nous avons pris le bateau...qui s’est éternisé sur l’eau…put,put,put et avons pu seulement nous y promener 1 h 45 avec guide! Le vrai intérêt est d’y rester plus longtemps et d’explorer l’île au complet en se mettant dans la peau des Incas qui vénérait ce lieu sacré.

Vue sur le lac Titicaca et la Cordillera orientale
La route qui mène de Copacabana à La Paz est magique. On nous avait averti que les routes de la Bolivie étaient exécrables, mais dans ce cas-ci, à part l’accotement qui nous met un peu à l’étroit, c’est excellent. Deux jours pour nous rendre à La Paz. Le premier jour, après avoir monté une longue côte et avoir passé  une série de montagnes bien rondes, nous retrouvons le lac Titicaca. Il se présente parfois sur notre droite, parfois sur la gauche. Le paysage est beau. Le temps est radieux. C’est l’hiver: temps est sec et découvert. Les bicyclettes avancent bien, nous faisons du bon «millage». Pour quitter l’isthme, nous prendrons un traversier. De là, nous longeons à nouveau le littoral de ce merveilleux lac pour arrêter en fin de journée dans un petit village où il n’y a pas de logement. On ira frapper à la porte du curé. Il nous offre un lit de dortoir. Un endroit où nous pouvons entrer nos bécanes et aussi faire de la cuisine. On est content de ne pas avoir à utiliser notre tente, la température la nuit va en dessous du point de congélation. Le lendemain, on rentre sur La Paz. Mais il faut passer par El Alto, ville banlieue. La route principale et bloquée. On conteste je ne sais trop quoi...mais sur quelques km les gens marchent. On dirait une grande migration. Katja croit que c’est pour contester la nouvelle loi qui oblige les transporteurs à se débarrasser de leur véhicules de plus de 12 ans. En guise de contestation, ils bloquent la route. Les autorités les laissent faire. Il faut dire que le président Evo Morales est vu comme un grand défenseur de l’environnement. Il y a d’ailleurs une loi à l’étude qui donnerait à «la mère terre» (la Pachamama) les mêmes droits constitutionnels que ceux accordés aux humains. Si cette loi est promulguée, ce serait le premier pays au monde à faire ainsi. Mais retournons aux bus. Il est vrai que qu’ils sont immondes! Mais je crois que ce n’est pas tant l’âge du bus que le type de combustible qu’ils utilisent. Mêmes les camions récents éjectent une fumée noire qui sent le souffre. Impossible de respirer. Je crois que ce type de diesel peu raffiné devrait être interdit à la vente. Et si Evo Morales se fait un grand défenseur de l’environnement dans tous les forums internationaux, il demeure pas moins qu’il y a beaucoup de travail à faire ici en Bolivie. Les mines que nous avons vu détruisent impunément l’environnement comme ce ne serait pas possible de le faire dans nos pays. Et la gestion des déchets est encore à mettre en place dans plusieurs coins du pays.
Publicité pro environnementale

Cristian, notre hôte à La Paz
De El Alto, nous descendrons par une autoroute dans cette grande cavité qu’est La Paz. Une longue descente qui fini au centre-ville. Nous allons y rencontrer un certain Cristian, hôte de la «Casa de ciclistas» de La Paz. Cristian tient un petit café dans le cartier touristique et a transformé l’ancienne maison familiale en résidence pour les cyclotouristes. Il est lui-même un avide cycliste et se prépare à passer un examen pour devenir juge dans les courses internationales de vélo. Pour se faire il doit se rendre en Suisse. Il mise tout sur cette nouvelle carrière nous dit-il. Nous logerons 6 nuits chez lui: un appartement vide, avec seulement quelques matelas, un divan et une cuisine. Situé au centre-ville, cette location nous permet de prendre le pouls urbain des boliviens: spectacle de guitares au Club-La-Paz, troupe de danses folkloriques qui pratiquent sur la Plaza en vue de la parade d’El Grand Poder; quelques bons restaurants et aussi de moins bons...dont un restaurant arabe qui m’a rendu malade. Nous avons du prolonger notre séjour d’un jour pour me permettre de me remettre de cette tourista induite par la consommation d’une viande trop bien maquillée d’excellentes épices.

Vente de feuilles de coca à Oruro
Nous quittons La Paz pour nous rendre par bus à Ururo (240km). Diable qu’il fait froid dans cette ville! On a beau se couvrir, on se les gèle quand même! Ururo a un beau marché. J’en profite pour faire une provision de feuilles de coca. Nous en aurons besoin dans notre prochaine é nous décidons de traverser le Salar de Uyuni en bici. De Ururo, nous parcourrons 87 km pour dormir à Pazna. En chemin, nous arrêtons dans le village minier de Poopó (argent et zinc) et nous prenons un bain thermal...toujours bienvenu dans ce climat d’altiplano. Le 2eme jour nous prendrons le lunch à Chalapata où nous rencontrons un guide touristique qui nous convaincra de faire le Salar de Uyuni à bicyclette. Il faut dire que le Salar est le plus grand désert de sel au monde. Il y a plusieurs millions d’années, ce désert était une mer intérieure. Elle a séché pour ne laisser aujourd’hui qu’une grande étendue de sel qui ressemble à nos lacs en hiver. Les histoires de froid intense et parfois d’eau sur le Salar nous inquiétaient grandement. Avant l’hiver austral, il a beaucoup plu et beaucoup d’eau s’était accumulée sur le Salar. Le guide nous dit qu’il ne reste plus que quelques coins du Salar inondés et que la majorité de la surface est maintenant sèche. Il fait froid par contre...jusqu’à -20c la nuit! Avec mon sac de couchage d’été et mon ne ferai pas de vieux os que j’me dit...nous décidons d’y aller quand même. On sait qu’il y a de l’hébergement en refuge. Il suffira de s’y rendre.

Bergère avec son lama nouveau né
Nous quittons donc ce restaurant non pas pour prendre la route de Potosi, comme planifié, mais bien celle du nord du Salar. Une route peu fréquentée nous y mène. La première portion (88k) est nouvellement pavée. Elle nous conduit au Sanctuario de Quillacas. Nous passerons la nuit dans une petit auberge-restaurant rustique mais sympa. Le lendemain, nous attaquons la route de terre. Les paysages d’Altiplano sont grandioses...mais la route est lente. Il y a trop de «ripio» (route en forme de planche à laver) pour que nous puissions avancer vite. Le ripio et le vent sont ici nos pires ennemis! Sur le chemin nous croisons une bergère qui guide son troupeau de lamas. Un nouveau né vient d’arriver. Katja en profitera pour le cajoler. Katja veut cajoler tous les animaux qu’elle croise. Un lama...c’est une première! 55km plus loin Katja en a marre. Nous demandons la permission de planter notre tente dans un petit village qui porte le nom de Tombo Tambillo. On y aperçoit quelques enfants et une adulte. Nous tentons de discuter mais en guise de réponse, on nous demande de poursuivre notre chemin jusqu’au prochain village. Le village qu’on nous indique ne figure pas sur notre carte. Nous ne savons pas si c’es loin....Katja ne veut plus avancer d’un tour de pédale, malgré les récriminations de la paysanne, nous jetons notre tente sur le parvis de l’église. Une toute petit église qui tient au plus 10 personnes. Mais si on pouvait y installer notre tente, on serait à l’abri du vent et il ferait un peu plus chaud. Mais c’est barré à clé et personne ne veut nous parler. On installe tout de même notre camp sur le petit terrain en face de l’église. Le bâtiment nous protège du vent, c’est déjà ça. On pourra cuisiner. C’est seulement en fin de soirée qu’un homme se présente au village. Katja va le rencontrer pour lui demander s’il n’y aurait pas moyen d’ouvrir l’église. À la place, il nous montre une pièce vide où on pourrait dormir si on veut. Une pièce qui se trouvait précisément à l’endroit où cette dame se tenait et refusait de nous parler. Comme on est déjà tout installé, nous décidons de ne pas bouger. La nuit sera bonne...on a pas trop gelé.
Cratère de météorite

Nous quittons tôt le matin. Le temps est radieux. 10km de route et nous voilà au petit village dont nous parlait la femme hier. Sur notre carte, on nous indique qu’il y a ici un cratère de météorite et non un village. Mais en réalité il y a bel et bien un village avec hébergement. Le cratère est impressionnant. Les cratères que j’ai vu furent toujours occupés par de la végétation. Ici, dans cet espace lunaire, on voit bien la forme du météorite qui a frappé la terre. Un impact qui a laissé une forme parfaitement ronde qui doit faire environ un km de largeur. Nous continuons notre route. Un vent de face et le ripio ralentissent passablement notre rythme. En 4 h 15 sur nos montures nous arrivons à franchir les 47 km et nous voilà au village de Salinas Garcia Mendoza. Nous y trouvons une jolie auberge construite de pierres et de bois de cactus géant. La proprio nous prépare un souper avec du steak de lama. Elle me permet de cuisiner avec elle, ce qui me fait grand plaisir. Katja trouve un ami et joue aux cartes avec le petit de la maison.

Route pas toujours facile...
Rafraîchis d’une bonne nuit, nous quittons l’auberge tôt. Nous avons l’ambition de nous rendre sur ce fameux Salar pour dormir sur l’île Incahuasi. Dernier achat à la station service: un litre d’essence pour notre petit poële MSR. Nous devons aussi gonfler le pneu arrière de Katja. Le dernier tronçon vers le Salar nous fait passer par un chemin de sable parfois mêlé de sel. Avec le soleil du matin et cette lumière très clair, la promenade est radieuse. Mais après 30 minutes sur ce magnifique sentier, Katja entend comme un coup de feu...POW!!!... C’est son pneu arrière qui vient d’exploser et on a pas de pneu de rechange! On a trop gonflé toute évidence, la pompe de la station service était prévue pour des roues de camion. Trop de pression pour un pneu de bicyclette déjà endommagé par une coupure de verre. Nous pouvons heureusement réparer. Le pneu n’a pas été déchiré par l’explosion. Comme une hernie, le tube est sortie par la petite fente et a explosé. Vive les pneus Allemands Schawble! On les a payé cher, mais ils en valent la peine! Ils ont maintenant près de 8 000 km et doivent avoir encore un bon 30% d‘usure avant d‘être changés! Mais la réparation est faudra y voir aussitôt sorti du Salar.

Enfin sur le Salar!!!
Le sentier nous fera passer par une petite bourgade presque inhabitée, puis contourner une colline et nous voilà à l‘orée du Salar, au village de Jirira ...40km en 4h., une moyenne de 10k/h., c’est pas mauvais sur une piste de pierre et de sable. Nous estimons le temps qui nous reste pour nous rendre sur l’île. Après avoir discuté avec deux cyclistes israélites qui sortent précisément du Salar, nous décidons de profiter de l’après-midi pour explorer le Salar avec nos bicyclettes sans nos sacoches et passer la nuit à l’hostal. Quelle merveille de naviguer léger, sans nos sacs, sur cette surface presque plane et blanche comme neige. Il y a une île pas loin. Nous nous y rendons et décidons de l’escalader. L’île est composée de pierres qui ressemblent à s’y méprendre à du corail de fait, les pierres sont du corail pétrifié! Mais le plus extraordinaire, ce sont ces grands cactus qui hérissent la surface de l’île. Et en regardant au loin, on voit que la portion nord du Salar est inondée. Comme un miroir, les montagnes au loin se reflètent dans l’eau. Le tout crée un paysage extraordinaire, presque halluciné! Je ressens alors ce grand plaisir de faire des photos excitantes. Chaque clic me procure un plaisir qu’il me faudra partager avec mes amis et congénères.

Paysage spectaculaire du Salar inondé
Fête et danse avec les Aymaras pour le Nouvel an andin
Coucher du soleil de ce 21 juin
La nuit fut froide. Sur le Salar, la température peut baisser jusqu’à moins 20c . Ce ne fut pas le cas cette nuit-là, mais quand même, pas chaud, chaud! Vaux mieux ne pas dormir dans la tente. Et nous voilà chargé et prêt pour entreprendre la traversée de ce grand désert de sel. Dès notre départ, on aperçois un petit troupeau de vigognes. Direction sud! Ici, y pas vraiment de point de repère précis. Il faut utiliser la boussole. Sur la carte, on indique que l’île se trouve au sud...alors on fait du sud. On s’apercevra tôt que la belle surface presque lisse devient de plus en plus rugueuse. De grands pentagones se sont formés et les interstices sont de plus en plus profondes....bong, bong, progression est ardue. La lumière est vive et le soleil brûlant. Ce jour-là il n’y a pas de vent. Froid la nuit, chaud le jour, nous sommes vraiment dans un désert! Nous prendrons le lunch à nulle part, ici pourquoi pas! Un sandwich aux tomates (c’est ce qu’on mange de ces temps-ci) salé à même le sol. On finira par apercevoir l’île au loin. Après 44km en    4 h 30, nous y arrivons enfin. On voit au loin des Jeeps et des gens qui se baladent sur le Salar. Ce sont des touristes qui font la tournée classique. Plus près, on entend de la musique, puis on aperçois des danseurs. Ce sont des autochtones Aymaras. On nous informe que c’est le 21 juin, solstice d’hiver austral et Nouvel an andin. Cette fête est un rituel sacré. Autrefois pratiqué par les Incas, la fête du soleil est depuis des lustres tenue ici, sur cette île sacrée, passage obligatoire lors de la traversée du Salar. Nous serons invités dans la farandole. Nous boirons la bière et mastiquerons la coca. Avant la tombée du jour, les touristes ainsi que plusieurs invités quitterons. En compagnie des gardiens de l’île et du couple «d’aïeux», les premiers habitants permanents de l’île, nous continuerons la fête. Nous assisterons à un coucher de soleil spectaculaire. En compagnie des aînés nous danserons jusqu’à ce que la lumière céleste s’éteigne pour nous faire envelopper par la froidure nocturne. Au lieu de monter notre tente, on nous invite à coucher dans le refuge. C’est très bien comme ça!

On a une route!
Au premier chant du coq (inexistant sur cette île), je m’installe au soleil pour préparer un petit déjeuner de flocon d’avoine chaud. On dit bonjour à nos amis célestes et reprenons la route du Salar. Cette fois-ci vers l’est. Quelle différence, tracée par les voitures, nous avons maintenant droit à une piste plus lisse. On fera donc une meilleure vitesse: 75 km en 5h. Arrivé sur la rive est, nous nous arrêtons au Musée-Hôtel de sel. Au cours des dernières années, avec la montée de la popularité du tourisme sur le Salar, plusieurs hôtels de sel ont vu le jour. Celle-ci est la première, elle date de 10 ans. Après cette visite, nous nous rendons sur la rive au village de Colchani, petite bourgade de rien du tout. Nous y trouvons une petite auberge de sel. Rien d’extraordinaire, mais nous pouvons utiliser notre poêle et cuisiner à notre goût. Nous en profiterons pour laver nos bicyclettes, enlever tout ce sel qui risque d’endommager les pièces motrices de nos bolides. Puis, par des pistes de sable, à travers les arbustes, on se rendra 20 km plus loin à Uyuni, plaque tournante du tourisme régionale.
Collecte de sel sur le Salar
Nous comptons prendre ici le bus pour nous rendre à Potosi, grande ville minière de la région. Mais pas de chance, les bus quittent seulement de nuit ou le matin. Nous ne voulons pas faire cette ascension de près de 2000 m de nuit. Nous rencontrons un jeune bolivien qui vient d’ouvrir une auberge. Comme c’est le 24 juin, fête de la Saint-Jean Baptiste, il nous invite à un feu de la Saint-Jean ! Wow!!! Ici, comme au Québec, on fait le feu de la Saint-Jean?!! Nous passerons la nuit dans sa petite auberge. Il y aura des feux de la Saint-Jean un peu partout en ville. Il y a aussi une danse en plein air organisée par le Centre culturel. Habillés dans toutes nos pelures hivernales, nous visiterons les rues d’Uyuni pour finir au feu de l’auberge. Ici, on fait une offrande à la Pachamama (la mère terre): on fait brûler des offrandes, la cendre pénètrera la terre. On boit un alcool local...mais avant de prendre chaque lampée, il faut verser quelques gouttes sur le sol. Ainsi il en va l’amour portée à la Pachamama en cette Saint-Jean.

Au matin, nous prenons le bus vers Potosi. Une heure après notre départ, en pleine ascension sur cette route de terre cahoteuse, le bus tombe en panne. Il semble que la transmission n’obéit faut dire qu’avec une telle route, aucune transmission ne peut tenir longtemps. Nous resterons environ une heure à observer le vent qui soulève la poussière et qui ébranle l’autobus immobile. Personne ne nous parle...pas d’information, c’est comme ça ici. Les gens montre cependant peu d’impatience. Et puis, soudain, le chauffeur redémarre l’engin et voilà que le bus s’ébranle et voilà qu’on avance. De la magie? Peut-être...en tous cas, il semble bien que le chauffeur ait réussi à régler le problème tout seul. Katja crie: GRACIAS CHOFFER! galerie éclate de rire et nous voilà en route vers Potosi! Quelques heures plus tard et seulement 200km plus loin, nous y voilà. La journée est déjà bien avancée. On se cherche un gîte. Étrangement, partout où on demande, c’est soit complet ou trop cher. Katja me fera même le coup de «je ne bouge plus»! Fatigué, nous finissons par trouver un hospedaje sympathique et pas trop cher...avec chauffage svp!  Quel bonheur!

Musée de la monnaie de Potosi
Potosi est une des plus anciennes villes de la Bolivie. Au 17e siècle elle était aussi populeuse que Paris ou Londres. Potosi était alors l’endroit où l’empire espagnol faisait imprimer son argent, le grenier de la couronne. Avec le «Cero Rico», Potosi et ses mineurs autochtones fournissait tout l’argent nécessaire pour produire toutes les pièces de monnaie du royaume. Plus tard on y a imprimé aussi les billets. Revers de fortune, aujourd’hui, les billets et la monnaie boliviennes sont imprimés à l’étranger. Mais le Cero Rico est toujours en exploitation. Une coopérative de mineurs indépendants y extraient toujours l’argent et le zinc. La montagne est un vrai gruyère. Plus de 500 mines y sont en exploitation. Nous en avons visité une. Katja n’a pas voulue s’enfoncer très très loin...claustrophobie. On y travaille encore de façon artisanale et les accidents sont fréquents nous a-t-on dit. Le musée de l’argent de Potosi attire les visiteurs et numismates d’un peu partout. «El museo de la moneda», un incontournable de la Bolivie. Si non, Potosi est surtout une ville de haute altitude. Très froide la nuit et chaude le jour. La population vit surtout de la mine et du tourisme.

Sucre, ville coloniale
Petit déjeuné avec nos amis Paolo et Pinar
Séparation du blé de la paille
Trois jours à Potosi et nous reprenons la route vers Sucre. Belle route asphaltée...quel bonheur! Et surtout, en descente. Deux jours à serpenter les montagnes arides et les hauts plateaux. 150km plus loin nous emmène à Sucre, une ville toute blanche à l’architecture d’inspiration française (renaissance). La ville est propre et accueillante. À notre arrivée nous y rencontrons deux cyclotouristes (Italien et Turc) qui nous indique l’hôtel qu’ils habitent. Nous visitons et trouvons l’endroit un peu trop bruyant. D’autres cyclistes nous ont recommandés un petit «residencial» du nom de Wasi Wari. On s’y rend et BINGO, l’endroit est tout ce qu’il y a de charmant: chambre d’inspiration japonaise, salle de bain privée, accès à une cuisine et WIFI dans la chambre. On y restera quatre nuits. La dernière nuitée, nos amis cyclistes s’y sont aussi installés. Comme ils font aussi route vers l’est, nous avons convenus de faire un bout de chemin ensemble. Donc, quatre jours à Sucre, pris du repos, visites de musées et passé du temps au marché avec d’excellentes salades de fruits. On trouve d’ailleurs plusieurs produits introuvables ailleurs en Bolivie. On en profitera bien pour s’emplir la panse et se préparer pour l’étape longue route vers les basses terres à l’est de la Bolivie. Le retour à la chaleur quoi! Notre carte indique une route pavée d’environ 300km pour joindre l’intersection qui mène à l’Argentine. De là, nous avons l’intention de prendre le train vers la frontière. notre départ de Sucre, nos amis Paolo et Pinar se joignent à nous. C’est un réel plaisir de faire de la route en leur compagnie: bon sens de l’humour et bonnes bouffes en perspective. Ces deux jeunes, encore dans la trentaine, ont déjà vécus des vacances de cyclotourisme dans le nord de l’Afrique et en Island.  Notre premier objectif: le marché de Tarabuco, réputé pour ses tissages et artisanat de grande qualité. La route est pavée et va en grande partie en descendant. Nous sommes le 1er juillet et comme toujours en cette période de l’année, le ciel est radieux. Nous n’avons d’ailleurs pas rencontré de pluie depuis l’Équateur. En fait, c’est seulement en Équateur que nous avons connu du mauvais temps. Tous le reste de notre voyage fut pédalé sous des cieux cléments. On a 60 km à faire pour nous rendre à Tarabuco. Presque rendu à destination, nous apercevons une famille de fermiers en train de séparer le blé de la paille. Pour se faire, on se sert de fourche et du vent. Il faut faire voler la tige et le blé en l’air, le vent fait voler la paille alors que le blé plus lourd tombe en ligne droite. Les femmes se servent de balais pour faire un tas avec le blé et pousser un peu plus loin la paille. Nous passerons un peu de temps à aider la petite famille dans cette tâche. Comme c’est la fin du jour, nous demandons à une ferme un peu plus loin si nous pouvons installer notre campement à proximité de leur maison et avoir accès à de l’eau.

Comme toujours, on nous invite avec joie. Paolo a la généreuse idée d’offrir un sac de feuilles de coca au chef de la famille. Plus tard, sans doute en guise de reconnaissance, on nous offrira un plat de pomme de terre. Nous cuisinerons dans la cour intérieure de la ferme et prendrons le temps de discuter avec la famille. Mais en sortant, on apercevra une femme qui porte un bandeau sur la mâchoire. Elle a mal aux toute évidence, il y a infection. Elle a un côté du visage bien enflé. On nous dit qu’elle ira au village le lendemain. Lorsque nous quittons la ferme, après le petit déjeuner, elle n’a toujours pas quitté la maison. Arrivé à Tarabuco (4 km plus loin), nous apercevons un camion/cabinet-de-dentiste. Nous exposerons le cas de cette jeune femme. Les dentistes, qui offrent un service gratuit pour les cas d’urgences et pour les enfants, nous dirons que les paysans ont souvent peur de la médecine moderne et préfèrent souvent laisser passer la maladie plutôt que de consulter. Les conséquences sont souvent graves nous disent-ils, mais il semble bien que la force des superstitions soit plus forte que la douleur! Nous avons indiqué aux dentistes ambulants où se trouve la ferme..on ne sait pas s’ils s’y sont rendus...

Artisan qui nous a vendu
Tarabuco a effectivement un très beau marché artisanal. Ce marché existe depuis plus de 350 ans. Mais depuis peu, une ONG a entrepris de faire renaître la tradition des «tissages-histoires» qui raconte le vécu des gens du pays. Katja et moi n’avons pu résister à l’envie d’acheter un de ces tissages. On a pas beaucoup de place sur nos bici pour transporter des souvenirs, mais là, on a flanché pour un bout de tissu réalisé par une jeune fille de 13 ans. On peut y lire en images les activités de la ferme et des fêtes locales. Ce dimanche, le marché de Tarabuco offre aussi une «feria gastronomia». On peut goûter à plusieurs recettes réalisées à partir de grain, de pomme de terre, de maïs, de quinoa et autres céréales. Dommage que toutes ces recettes végétariennes ne se retrouvent pas plus souvent dans les marchés locaux. Ici comme ailleurs sur notre parcours, c’est la viande qui règne. La viande fut de toujours la nourriture des riches. Avec l’accès au poulet industriel, presque tous ont accès à cette protéine. On parle pas de qualité ici mais bien d’accès. Et pourtant, les grains et pommes de terre cultivés ici sont variés et d’excellente qualité l’organique surement. Mais ici, la mode «organique» n’existe pas encore... Sauf en Capitale.

Encore un autre de ses amis!
Nous quittons Tarabuco en début d’après-midi. La route est toujours belle, les paysages nous enchantent. 50 km et quelques milliers de tours de pédales et nous voilà à Tejas, un p’ti village de rien du tout. Une vingtaine de familles au plus. Paolo le rigolo écume le village pour trouver un lieu pour camper. On nous offre la cours d’une école désertée. Magnifique! Ici, il y a une fontaine pour de l’eau et des toilettes sèches. Quel luxe!!!. Les enfants du village viendront nous visiter et se fut un beau souper en bonne compagnie. La veille, nous avons eu la surprise de voir notre belle route pavée devenir de terre. Notre belle carte (fait au Canada) indique bien que cette route est pavée d’un bout à l’autre. Les gens de la place nous apprendrons qu’en réalité, le pavage arrête ici! Il nous reste au bas mot encore 5 jours pour atteindre l’intersection de la route #9 qui coupe vers le sud. Wow, ce ne sera pas une sinécure!  De Tejas, nous roulons jusqu’à Tomina (30 km). Nous devons en principe prendre le lunch ici et continuer notre route vers l’est. Mais après avoir visité une petite auberge fort belle, nous décidons d’y passer l’après-midi et la nuit. On se prépare un souper en famille et prenons le temps de discuter avec les frères qui acquirent cet hôtel par héritage. C’est un endroit paisible avec un beau grand jardin. Comme nous ne pouvons nous fier à notre carte, nous demandons à nos hôtes des renseignements sur les conditions routières. On nous dit que nous devrons passer une Cordillera (chaîne de montagnes) et qu’après, c’est essentiellement sur la plat que nous roulerons. Bon, une bonne nuit de sommeil et nous voilà repartis. Nous voguons de collines en collines sur la route de terre et arrivons à  Padilla, belle petite ville avec un grand parc central tout vert. On se fait un pic-nic dans le parc et y rencontrons une jeune vendeuse de pomme-tire. Jeune fille au regard intelligent, elle sera notre guide au travers du marché. C’est malheureusement ici que se trouve la croisée des chemins pour le couple Paolo-Pinar / Yves-Katja. Nos copains prennent ici le sentier vers le nord et nous continuons vers l’est. J’aurais aimé continuer avec eux. Ils passeront par le village où Che Guevara fut capturé et tué. Bien qu’en retrait des sentiers touristiques classiques, la route du Che est devenu un attrait de la Bolivie. J’aimais aussi l’humour et la bonne humeur de ce couple..ainsi que la cuisine méditerranéenne (Pinar est végétarienne). Ils nous manqueront...

Retour à la chaleur! Youpi!
Nous devons maintenant passer une chaîne de montagne. Nous demandons à notre pouce de prendre le relais de nos bicyclettes. Après une demi-heure d’attente, un camion de marchandises, plein de passagers, nous prend. Nous ferons ainsi 80 km, debout, à tenir nos bicyclettes et à jaser avec les passagers. Il y a ici les fermiers, des commerçants ainsi qu’un groupe de jeune travailleurs venus dans la région pour installer  une ligne de fibre optique (câble tv et Internet). On nous déposera dans un village aux allures tropicales. Une passagère nous propose de nous installer dans son hostal-restaurant où vivent chiens, poules, cochons et gens. C’est pas très propre, mais pratique...pas besoin de trouver un endroit pour camper. Encore qu’ici, le camping y serait plus hygiénique...

J'aime la chaleur mais pas les brûlots!!
Famille Barja à Muyupampa
Par une route poussiéreuse, au matin nous reprenons le chemin. On nous avait prédit du plat. Mais c’est pas tout à fait ce que nous trouvons. Ce sont d’avantage des montagnes que nous rencontrons. Dans la journée, nous passerons par deux cols et descendrons bien au creux des vallées. 6 h sur nos bicyclettes et nous voilà dans la capitale régionale: Monteagudo. La fatigue des derniers jours nous invite à y passer une journée complète de repos en hôtel. Katja passera la journée à regarder des documentaires sur le centenaire du Machu Pichu sur TV Peru. J’en profite pour démonter les bicyclettes et faire le grand ménage. Nous avons un pneu lacéré qui demande de grands soins. Grâce aux conseils de Paolo, j’ai pu installer une patch intérieure. Fabriquée à partir du plastique d’une bouteille de boisson gazeuse, la surface protectrice empêche la chambre à air de sortir par la lacération. Comme ça, on pourra continuer le voyage sans la peur que le pneu ne s’ouvre complètement. Si non, nous prenons le temps de refaire nos provisions et de visiter un peu. Puis ce sera la route vers Muyupampa. Encore une route de collines poussiéreuses, en construction pour un éventuel pavage. Le passage de camions lourds aide cependant à durcir la surface. On préfère cela aux surfaces de pierres ou sablonneuses. Arrivés à destination, nous discutons pour trouver un endroit pour camper. Arrive une voiture et l’homme nous demande ce que nous cherchons. On lui il nous invite à nous installer dans la cours de la maison familiale. Jay, un bolivien qui vit à Dallas (USA), visite présentement son père.  On pourra cuisiner et discuter avec son père qui vit maintenant seul avec deux chiens. Belles rencontres et bonne nuitée dans la tente.

Route de sable...pas pédalable!
Pour la suite, nos amis de Tomina avaient annoncé une route sur du plat, mais il y a encore...une Cordillera à passer! Après avoir remercié nos amis de Muyupampa, nous reprenons la route vers l’est. Et ça monte...un camion passe, je lève mon pouce et HOP, nous voilà dans la boîte en compagnie d’une voiture de course. On fera seulement une vingtaine de km de montée pour être déposé à Incahuasi tout en haut de la cordillère. Puis ce sera une belle descente en serpentin jusqu’à la jungle semi-tropicale. Retour des papillons et des insectes piqueurs. Quel surprise de voir apparaître au bas de la descente un forage pour un puits de gaz. Une grosse installation de forage comme celles qu’on voit en Alberta!  Puis la route devient enfin chaude! C’est bien beau le plat, mais on en a que faire de tout ce sable et des brûlots...pires que les moustiques, ces insectes sont tout petits et leurs piqures causent des démangeaisons fort désagréables. Même si on s’enduit d’anti-mouche, ils sont là et arrivent à trouver un coin de peau à croquer. Difficile d’arrê faut prendre notre lunch très vite et repartir. Mais comme la route est sablonneuse, difficile d’avancer. Katja marche aux côtés de sa bicyclette alors que moi je consens l’effort pour avancer et tiens le coup. Et il fait chaud. On avait pas tant transpiré depuis le nord de la Colombie! Et puis...ô joie, nous arrivons à la croisée de la route #9, asphaltée ! De là, un camion nous fera faire les km qui manquent pour arriver à Camiri. Demain c’est le 10 juillet, jour de l’anniversaire de Katja. On prend le meilleur hôtel de la ville (un 3 étoiles) et on prend un bon repas servi par un pingouin. Katja aime les pingouins. Je sers quelques attentions particulières à ma bien aimée et lui offre le petit déjeuner au lit. Bonne fête Katja....pas tout à fait 50 ans et encore plein de trucs intéressants à voir dans ce monde!

bisous, bisous !!!
Le lendemain on se rend à Boyube. Notre carte indique qu’ici passe le train. Le site Internet indique qu’un train de passager y passe deux fois la semaine. Demain c’est lundi et il y en a un qui pourra nous prendre et nous emmener à la frontière de l’Argentine. Youppi! Depuis le Pérou, on veut se payer un déplacement en train. On ne l’a pas encore fait. Voilà notre chance. En arrivant à Boyube, on se rend à la station de train. On nous informe qu’il ne reste plus qu’un seul train de passager et qu’il passe le jeudi à 2 h AM! Donc, pas la peine d’attendre dans ce patelin 4 jours. On va voir à l’église pour demander un endroit pour camper. Le Padre Apolinaire (jeune bolivien dans le début de la trentaine), nous offre une chambre avec matelas au sol et accès à une cuisine. Et en prime, le Padre nous invite à voyager avec lui. Le lendemain, il va visiter sa mère qui vit plus au sud, à la ferme familiale. Nous acceptons l’invitation. À 6 h AM, nous quittons notre chambre et nous rendons à la ferme. Nous y serons bien accueillis: café et biscuits, visite de la plantation d’agrumes et courges, lunch à la soupe aux noix d’arachides et bien entendus, jus de fruits. Merci à la famille du Padre Apolinar! On nous déposera ensuite à la Vallemontes où nous prendrons un hôtel. On a hâte de passer la frontière et de goûter à ces fameuses parrillas (BBQ) et le vin de l’Argentine. Le matin, on s’installe pour faire du stop. Un contracteur bolivien nous prend dans son pick-up et nous fait faire le dernier trait de 100km. Après de grands détours, un peu moins de 8 000km parcourus, nous voilà donc rendus à la frontière Est de la Bolivie et de l’Argentine.
Une autre étape de franchie...