dimanche 3 octobre 2010


January 24 to February 16 - (710km in Panama - 3 600km total)
(Le texte français suit l’anglais)
More pics could be seen on Picasa web album

Welcome in Panama !
Our first hosts in Santa Clara Panama
We entered Panama through the mountains by Rio Sereno, a very small border post which was fun as it’s tiny and no line up! We continued the ride after lunch to Santa Clara, the roads are rich in green colors and a bit style rollercoaster. We end up invited by a family that runs coffee farms on the side and we got to spend time with different members and their children. It was a special time as they had lost a son/brother ten days before in a work related accident and they were still grieving by being together. Daniel spent a day with us, showing his farm and around, the park Amistad (between Costa Rica and Panama) on his quad! 

Panama City
Panama is the place to visit  and even the place to retire or to invest. The last 5 years, Panama has gone through a big economy boom and in Panama city, you can notice the skyscrapers being built left and right! The country is politically stable and relatively safe to live in.
The country deals in dollars, it’s said that you can buy anything & everything but less expensive than anywhere else. The life style is rich with the beaches easily accessible on the pacific and the Atlantic (Boca de toros, San Blas Islands, marine parks), the mountains (Volcan, Boquete, Vallee d’Anton), national parks and the Darrien to explore at your own risk (land of the colombian guerillos). You can meet quite a bit of foreigners that have invested in proprieties and can enjoy the secrecy of bank accounts like in Switzerland! 
Panama has small ties with Colombia with no road connection and no regular ferry going that route (the Colombian ferry route was stopped by Panama). You can cross with catamarans or sail boats all run by foreigners or take the local route with small lanchas.

Nice open roads
After Santa Clara, we rode a beautiful road with ups & downs until we hit Volcan where lives the volcano Baru. We took 2 days to rest as I was going through another round of tourista. The climate is cooler at this altitude but lot’s of wind. We could have hiked the Quetzal trail until Boquete (4 to 6h) but after riding all day, it nice to just vegetate once in a while!!
From Volcan, it’s a long  downhill until Conception on the Pan-am then David. We decide to continue until 5pm and we found a nice horse ranch to pitch our tent under a gazebo with a kitchenette. The owner has a dozen horses, apache that he breeds. Great spot for the night!
The next day, we went until San Juan de Tore and this time, we chose a Christian mission that can receive visitors for free for 48h. The garden has a nice collection of bonsai trees and the Church was hand decorated with tiles and stain glass windows. We are riding long days and putting on 86, 73km days with a record of 91km (6h30 on the bike) to hit Santiago, a fairly big town. We’re going to stay at a hostal seen on the couch surfing site (30% off) and who do we meet????!! The crazy Belgian cyclists...nice encounter!
We have lot’s to share so we went for a nice Italian fast food! (pizzas and ensaladas). We’re taking a day off while the Belgians are hitting Panama city by bus.
My first flat tire..Yves has 15 !
Reynaldo, Yves and the dog
We are going to meet a Reynaldo in Coclé which will take us 2 days (150km + a bus going uphill!). This is our 1st couch surfing host and we don’t know what to expect. Reynaldo is Mexican and is renting a nice house which has a cabana with room and bathroom! Perfect...we meet his wife Cecilia and we spent 3 days eating, drinking lot’s of wine and meeting some of their friends. We went for a nice hike up the Sleeping Indian to get the view of the old crater. Thanks Rey & Cecilia for the fun at your house!
A magnificiant bridge for us alone !
After spending a day at the beach Las Palmeras (nothing spectacular) we are heading for Panama city and the famous canal! The highway is close 20km before the city but cyclists are allowed (or at least nobody stopped us) so we have the highway for ourselves and the Centennial bridge as well...great fun! 
Katja, Claudio and Sara in the train
Claudio and his wife Sara are letting us stay with them for 3 days so to thank them, we’ve decided to cook them a nice meal! It’s a treat for us to get to use a kitchen...we’re visiting the city and taking advantage of a big city to shop! Claudio & Sara took us for a tour of the city as well and they’ve decided to come with us on the train to Colon that rides along the canal! The train celebrated it’s 150y in 2008...fun ride.
Thank you so much Claudio & Sara, we’re waiting for you in Canada!

I met Barack Obama in Isla Grande...under cover !
Now we’re up on the Caribbean side and we’re hoping to find a boat for Colombia. We’re going to Puertobello to check things out. No luck with finding anything cheap so we’re going to try in Puerto Lindo. On the way, we found a great French restaurant with an out of the ordinary menu. We tried the fish soup and a vanilla rooster to die for. The couple is a mixed from the islands, Lionel is from La reunion and Maryse from La Martinique via Paris. They are helping us meet the French connection! But they are all asking for big bucks $400 each for 3 days and only going to Turbo, not Cartagena. So we take a break on Isla Grande for 2 nights and continue towards Miramar, the end of the road. We are dealing directly with Colombians sailors who are going back to Necocli (1h before Turbo), $350 for the 2 of us on a small lancha (2 days) with our bikes. We were trying to find a coconut boat but who knows how long we would have to wait!
Here is our boat for Colombia!
So we go for it!! Well, not the dream ride, especially from Miramar to El Porvenir (2h) in big waves, in open sea. We took an Argentinean Raoul with us as well. We’re sitting on big cardboard boxes containing motor boats to bring back to Colombia, we thought! At El Porvenir, we take another tourist, a French kid from Paris suburbs, Samir. Now, we’re 6 people in a small open boat with 2 motors (1 failed quickly).
Kuna village in San Blas
Once we’re in the San Blas islands, we’re in protected sea. The view is paradisiac with islands and coconut trees all around, some virgin, some inhabitated by the Kunas Indians. San Ignacio is the island for the night, in a hotel run by a Kunas's couple and where lives 2000 Indians. The Kunas are hard working people, very well organized in the coconut business, fishing and in tourism. We have an early start to hit Puerto O’Baldia early to exit from Panama and then Capurgana to enter Colombia. I’m getting sea sick as we don’t have the boxes anymore, we dropped them off on one the San Blas island in the morning so I’m getting the motor fumes! The last ride is crossing open sea to Necocli, some waves and rough landings!
Thinking twice, we might have gone for the sail boat but in the same time, there was a connection happening between us all, that we won’t forget! So long Samir, Raoul and our Colombian sailors!!!
We got dropped off on the beach, in front of a hotel-cabanas and found a little nest for 2 nights!
We’re in Colombia, our 9th country after 4 months and 12 days in our journey! We are looking forward to spend time in South America...all the way to Chile.
Our team aboard the boat NO HAY COMO DIOS on Colombian beach
Du 24 janvier au 16 février
(X km parcouru en bicyclette)
Plus de photos dans Picasa web album

Frontière sans soucis de Rio Sereno
Les hauteurs du Costa Rica se joignent à celles du Panama par la frontière de Rio Sereno. Comme si le Costa Rica ne désirait pas avoir de relations avec le Panama, sa route frontalière est en terre battue et très mal entretenue. Passée la frontière, la route pavée du Panama est splendide. Un paradis pour les cyclistes.  Et ce sera comme ça tout au long de notre séjours au Panama: des routes haut de gamme et des gens fort aimables. Il est aussi agréable de se fondre au public. Ici, au Panama, nous ne sommes plus des Gringos, nous sommes simplement des étrangers qui se mêlent à bien d’autres. Il n’y a pas eux et nous, mais simplement NOUS. Et puis, tout se transige en dollars. Cela simplifie les transactions. D’un seul coup d’œil nous pouvons comparer les prix. Le coup de la vie est d’ailleurs fort abordable au Panama. Tout se transige environ à 60% de la valeur payée au Costa Rica. On se régale donc. Ici, on peut se payer un peu plus de ces petits luxes qui font les petits bonheurs des jours. Finalement, je crois que ce pays m’apparaît comme un excellent endroit pour passer sa retraite. Un bon endroit aussi pour investir dans une demeure, les valeurs immobilières augmentent d’environ 8% par année et on prévoit un boom touristique dans les années qui viennent. Le Panama est effectivement méconnu et mérite une réputation bien plus favorable. Le pays dispose de plages autant sur les Caraïbes que sur le Pacifique. Les montagnes cafetières ou règne un climat frais et celles de la jungle habitée par une multitudes d’espèces offre une collection de climats et d’endroits à visiter. Il y a aussi les régions vierges et dangereuses du Darian qui reste à explorer. C’est la région tampon entre le Panama et la Colombie. Ici, c’est le Panama qui désire limiter ses relations avec la Colombie et qui maintien de mauvaises routes et qui a retiré la licence d’accoster à une ligne de traversier entre les deux pays. C’est comme ça !

Poulet du jour acheté pour
le souper en commun
Matinée magique de bicyclette dans les montagnes
Crocodile écrasé
Dès notre arrivée au Panama nous fumes accueillis par une famille qui vit de la culture du café. On nous a offert le gite, on nous a fait visiter la région et nous avons organisé une grande bouffe en commun. Merci à la famille de Daniel (?) pour votre hospitalité et grande gentillesse. Puis nous avons repris cette belle route qui serpente jusqu’à la base du volcan Barù où Katja a connue sa deuxième tourista. Nous avons choisi un hôtel et pris un peu de temps pour respirer l’air du temps. Deux jours de repos pour ensuite faire une descente de plus de 30km vers le Pacifique. Un seul coup de pédale et voilà...30km de franchis! Nous retrouvons ici les températures tropicales. On fait de la route, de la route et de la route. Beau moment: l’hébergement chez un éleveur de chevaux Apaches. Et enfin, le 30 janvier, Katja a eu sa première crevaison ! J’en compte à date au moins 15 !!!  Et on roule. Autre hébergement intéressant: chez des missionnaires catholiques. Et puis, une randonnée magique dans les montagnes matinales de la panaméricaine. Remarque intéressante: les «road kils» du Panama montre la plus grande variété d’animaux: boas, crocodiles, bestioles nocturnes que je ne connais pas et bien des grenouilles diverses. Les animaux morts sur la route, bien que triste, demeure un signe de la santé de la faune locale. Un pays comme le El Salvador, il n’y avait que les chiens et les chats aplatis sur la route. C’est donc dire que la vie sauvage est presque totalement disparue des zones où habitent les humains...

Notre hôte Rey préparant le souper
Autre moment intéressant fut la rencontre de Reynaldo. C’est par le site «Couch Surfing» que nous avons fait cette rencontre. Reynaldo est un homme d’affaire mexicain expatrié au Panama. Il possédait de petites entreprises au Mexique. Il en avait assez de payer pour de la «protection» et décide il y a trois ans de tout vendre pour déménager au Panama. Ici, il a investi dans le tourisme (location de bateaux) et lancera bientôt une cimenterie. Il aime avoir des contacts avec les étrangers. C’est pour cette raison qu’il s’est inscrit au site Couch Surfing. Il nous reçoit comme des rois: bonne bouffe, beaucoup de vin, des randonnées en montagne et la visite chez des amis russes. Il nous présentera aussi Claudio chez qui nous séjournerons un peu plus tard à Panama City. Il habite El Vallee, un village de villégiature situé dans un ancien cratère de volcan. Le climat ici est idéal. C’est principalement pour cette raison que plusieurs étrangers vivent leur retraite ici. 

Une autoroute pour nous seul !!!
Après El Valle, nous ferons un peu de plage du côté du Pacifique (pas terrible) et c’est la rentrée sur Panama City. Le magnifique pont Centenario est en réfection. La route est fermée mais d’autres cyclistes nous ont laissé savoir qu’ils laissaient passer les vélos. C’est bien vrai et nous aurons 20km d’autoroute et le pont pour nous seuls. Voilà une belle façon d’entrer dans Panama et de voir le fameux canal. Rendus là, Claudio nous accueille chez lui. Notre ami suisse vit ici avec sa femme, une colombienne fort sympathique. On prend le temps de visiter la ville et d’y faire quelques emplettes. Katja veut que je change mes chemises devenues trop grandes. J’ai effectivement perdu quelques kg dans ce voyage et des vêtements à ma taille n’est pas un luxe. Panama est une ville en pleine expansion: des dizaines d’édifices en construction, un musée d‘envergure international sur l‘écologie, on rénove la vieille ville ainsi que le bord de la mer. Tout est ici en expansion ! On nous dit qu’il y a beaucoup de $ qui dors dans les banques...une question de secret bancaire légal qui permet de cacher ses $.  Beaucoup de «gens d’affaire» à travers le monde profite de ce privilège nous dit-on.
Dans le train qui longe le Canal

On débarque en Colombie
Nos hôtes décident de faire le trajet en train avec nous jusqu’à Colon, l’autre extrémité du Canal. De là nous débuterons notre recherche pour un passage en bateau vers la Colombie. Nous profitons des plages Caribéennes quelques jours pour enfin nous décider sur un choix de transport: une chaloupe à moteur. Nous cherchions à nous embarquer sur un «Coconut Boat», bateau marchant. Mais on en a pas trouvé. Un voilier aurait fait l’affaire mais les prix sont élevés. C’est donc «à la dure» que nous ferons la traversée des magnifiques îles San Blas. Deux jours de navigations, parfois dans une mer qui pousse des vagues de plus de 3m et qui nous éclaboussent à chaque volée. Mais lorsqu’on atteint les archipels des San Blas, on peut respirer, la mer est plus calme. On prendra le temps de visiter un village et de discuter avec les indiens Kunas. Ces indigènes habitaient la Colombie et furent persécutés par les espagnol. Ils prirent la fuite vers la mer et habitent depuis un siècle ces archipels des Caraïbes. La tribu obtient un statut d’autonomie au début du 20e siècle et vit depuis de la pêche et de la vente du coco. 
Village Kuna

Notre périple en bateau s’est terminé sur la plage de Necocli en Colombie. Nous avons passé deux jours à laver nos bicyclettes couvertes de sel et à nous reposer. On nous a laissé dans une petite cabine le long de la plage où, à part les moustiques, tout est magnifique. Nous voilà donc en Colombie. Plusieurs cyclistes nous en ont dit beaucoup de bien...surtout les gens et les paysages. On vous en dira plus lors de notre prochaine mise à jour au mois de mars ou avril...

2 commentaires:

  1. Toujours aussi fascinant de vous lire!

    En passant...Tilou c'est moi l'exilée de l'Alberta et nouvelle citoyenne des Cantons de l'Est!