Ecuador - Details

Le texte en français suit l'anglais
ECUADOR - trip details
More pics on Picasa web album

Un hombre alrededor de la laguna.
We arrived at the border quite early and rode to Tulcan to visit its cemetary with its English trimmed hedges and designs of animals. We hesitated to take a dirt rode to El Angel, not knowing the exact km and thinking we would hit the rain. So we opted for the pan-am and arrived in Otavalo after 2 days.
We were able to relax and get in some culture at a theatre showing a movie from Mexico. We went for a nice hike around a crater lake Cuicocha and another movie in the evening, Ayahuaska (ecuatorien/spanish) which was a total flick! We met Bart & Sara in the evening for a concert at a big bar where “ Los Lunas”, a local band that had been abroad was playing. Of course, they started quite late but the atmosphere was relax and fun with people dancing the local style by going round like a big snake.
Oswaldo Guayasamin
The next day, saturday, we went for the animal market, famous in Otavalo for the indigenous presence and its troc (no money exchange). After brunch with our Belgian cyclists, we took the road for Quito. We’ve heard of an old railway track (40km) that will bring us directly to Tumbaco (Casa de ciclistas), very popular with weekenders from the city.  We’ll enjoy Santiago’s house for 4 days and Yves took advantage to dismantle and clean our bikes. We were in the casa with Bart & Sara and a couple of German cyclists as well (south to north). We visited Quito and fell in love with the Capilla del hombre (finished building 3 years after his death) and its famous artist Oswaldo Guayasamin. He reminded us of Picasso who he never met. He died in 1999 and his ashes are buried under the tree of life in his garden. His works can be divided in 3 phases:
-phase againt violence
-phase againt poverty, hunger
-forgiveness phase towards the end of his life
Another interesting area was the Casa de la Cultura and its anthropology artifacts from all the different cultures before the Incas and after, a very full museum with a great display.

La casa del arbol en Baños
Now we’re going in the direction of Baños Santa Agua, it’ll takes us 3 days. We’re leaving Tumbaco by inter valley road to then join the pan-am. We’ll spend the night at our friends, the bomberos while it’s raining outside. Interesting enough, the town has a great steak house! The following day, it’s raining on and off, until we took refuge at a indegenous market in the middle of nowhere where city people from Quito come to buy meat (sheap) and vegetables. From Lacacunga, we follow the pan-am until we took a side road to Baños. A beautiful road through small villages with ups and downs. The people are telling us not to continue as the bridge is down but we heard that with bikes, we can pass. We take a chance and after a nice downhill, we get to the end of the road where the rest has collapsed 2 months ago. Luckily we find a cable trolley and people on the other side are willing to help us. Never give up is the motto of the day!!

Baños is a touristic destination due to its hot springs and the natural surroundings perfect for extreme sports like bridge jumping and rafting. We went for a pleasant hike up towards the cross and made it to the Casa del arbol where we met with the vigil of the volcano Tuagurahua 5.029m, who’ s doing his work of keeping an eye on the volcano for 10 years for free. He has a passion for the volcano world and meets on a regular basis with the volcanologues to discuss of the last findings. (the last eruption of lava was in 2008 and now in april 2011 a week after our stay!)

Cyclo via from Baños to Puyo
The road to Puyo was incredible, leaving the sierras to go into the edge of the jungle (800m of altitude, nice climate). There’s a cycle path built along the river which offered us great views on the jungle to come. We made it to km34 after Puyo to meet with Indy and the Ecuador farm. The project was started by Andres from Slovaquia who has decided to go back home and let Indy continue the eco farm with the help of volunteers. We stayed with him for a couple of nights and met Marco, the Shaman Liushan who invited us to his location at km27 to participate in an Ayahuasca ceremony ( it’s an ancient hallucinogenic used by the Shamans to cure, to have visions or to understand your fears).
The Shaman Liushan
Waiting for the
We all went in the jungle to pick and select the different leaves for the cleansings. The Shaman made the herbal preparation and we all went to the shower for the body cleanse where he washes you with the herbal water and makes prayers and incantations! That night, you can still eat diner but must avoid garlic, meat and alcohol of course. The next morning, wake up call at 6:30am to drink a potion that will cleanse your guts, 2 or 3l (in 1h) until you puke. You must stay NPO for the day except for water. We played card, read and relaxed! At 4pm, the Shaman started a fire in the yard for the Ayahuasca, a big pot of water with big pieces of the vine shaved and smashed and other leaves, it will take 3 to 4h for it to be reduced to a concoction. 7.30pm Yves and I are sitting by the fire with the Shaman starting the ceremony with prayers, incantations, smoking tobacco and presenting us the drink. It’s half a glass (10 to 15ml) of heavy brown color, very bitter. So here we are, ready to enter the world of the unknown...after 15mn, as we don’t feel any effect, we get an extra dose. Well, after a few mn, I’m stoned but in a different manner, I see a big cow under a shed and if I close my eyes, images are coming through like crazy. Then I got sick, started to puke and not feeling well, my head is spinning, could I have an antidote? The Shaman reminds us that we must stay in control. So I’ll suffer in silence but don’t like the feeling. After puking several more times and feeling an urge for the bathroom, I pleaded with the Shaman to be able to lay down in our tent. He asked me to wait 10mn and then let me go. Well, the night was long and it’s only around 3 or 4am that I felt a bit better and wanted some water! So what did I get out of the Ayahuasca, it’s hard for me to say!
The Shaman told me it was normal what I went through and likely I must have stomach troubles so let’s hope my troubles are over and that I’ll continue my life strong and heathy!!
Amazonian bridge

Our next destination is Cuenca, a colonial town where we would like to spend Easter or Semana Santa. We must first ride by Macas (beautiful, newly paved road going through lush jungle) and Mendez ( a village surrounded by mountains) where we decided to stay a day to tour with the owner of the hostal and his son. We visited a caña factory where they do the aguardiente (alcohol), went to see an old gold mine site and then hiked to a cave (where an Italian priest saw the Virgen Mary) and had a nice lunch in a small pueblo. The road from here to Cuenca is quite long and uphill with lot’s of construction so we are taking a lift with a truck (166km) which took a good half a day. We make it to Fanny’s farm quite late where we meet up with a nice family and a funky set up (an organic farm, fun art drawings on the walls inside the house and 4 dogs and 3 cats). We spend Easter Friday in Cuenca to watch the religious procession (not quite what I was waiting for, not as spectacular and beautiful) so I was a bit disappointed, next time I will choose Popayan in Colombia or a Capital (still 5 or 6 churches to visit!).

Good Friday in Cuenca
We spent a few days in the farm, helping with the kitchen, working outside and walking the few trails (we are at 2800m, it‘s cold!!). On Saturday night, Fanny organized a party with a local band, a female singer Andreas singing bossa-nova with a Russian guitarist and a female percussionist in the house with 25 guests (young artsy fartsy). Very nice songs, fun ambiance with the crowd mingling, drinking beer or hot aguardiente mixture, smoking and having fun. Fanny offers food as well to her guests and some of them with spend the night to leave only after lunch, the next day. Among the guest, we meet Eva, Ecua-Canadian who speaks a strong rural quebecois who invites us to her cabin in Vilcabamba.

The Cuencaen look
We are on our bikes to Loja, 200km away. The 1st day, we make it to La Paz (3070m) after being soaked by the rain (2nd time in Ecuador!) and all we wanted is a bit of warm! The pueblo is looking wintery with no hostal in sight. An older woman will let us sleep in a classroom of a building that’s being built! We’ll set up our tent and have a cozy sleep after playing cards and loosing one more time! The next day, we have a long downhill of 25km to a bridge where we’ve opted for a lift to Saraguro (45km) in a truck. We still have to ride 20km uphill to San Lucas to join a dirt road that will take us to Loja. We find a neat deli in the way offering aged cheese and soup made by the Saraguros natives, to die for. In San Lucas, we meet more natives who seem happy in their native clothes, working hard in renovating their pueblo. We find the road (suggested to us by Bart & Sara) that runs along the river and will give us a gentler ride to Loja in the country side. After 20km, we find a nice tienda to buy fruits and we decide to pitch our tent by the river for the night as it’s already 4pm. We take a soak in the river and we make the traditional pasta dish for diner. At 5am, a truck will come to pick up some sand! Thanks Buddy…it’s raining so we sleep in until it stops around 7am!

The good smelly cheezzzz...
We will make it to Loja after 2h of more easy riding along the river. It will take us another 10km to cross the city to the center. We stop for lunch and choose a hotel as we think it’s raining towards the south!
Loja’s center is charming with some funky coffee shops and bakeries. We are buying grocery to have a nice picnic in our room with lot’s of vegetables as we crave for salads. We find out in the evening news that the President of Ecuador is visiting Loja and its surroundings, too bad we didn’t meet him!

One of the many orchids
The next day, we are hitting south again for Vilcabamba (40km), we have the time so we visit the botanical garden on the way out of town. A heavenly spot to view orchids and bonzai plants. We have lunch a bit further away on a deck waiting for the sun to feel less hot! We get to Vilcabamba, home to many centenaires (one in 64 elders will turn 100) and foreigners to find Eva’s beautiful cabin with a view on the pueblo. The house is a bit of a mess but we have time to do some clean up. We’ll have it to ourselves so Yves cooks us a nice diner while I take care of a hungry cat! The town’s center is a bit sleepy with a few gringo restaurants offering mixed juices and food and hostal offering meditation and natural medicinal courses.

Let me show you our trip !
We’re very close to the border with Peru, 120km on a dirt road to get into the Chachapoyas region (Cajamarca) that we’ve explored a few years ago with backpacks. It will take us 3 days (each time it’s 3 days, what’s up with that!). We’re going to test our endurance as it’s uphill quite a ways...not bad for old folks like us! But after 22km in 2h35, we take the bus from Yangana to Valladolid (45km), which was a good move as it was quite a long road, going up, through the clouds with a bit of rain and no villages. We find a room in a half built hostal. From Valladolid, we make it to Bella Vista (39km in 4h15) after Yves was almost hit by a landslide with rocks. We spend the night at a school, putting our tent in a classroom so we need to be out by 8am!
We spend some time with the children living close to the school, curious about our trip and where we come from.We leave a bit late the next morning as it rained in the morning and we're off until Ishimachi where we take a bus to Zumba and then a local open bus to the border, still on dirt road. The border is by a river and a bridge in the middle of nowhere with the town of Balsa half and hour away. So we're in Peru, incredible, no?!!!!!!!!!!!

détails du voyage
Plus de photos dans l'album Picasa
La ligne de l'é vrai !
Nous avions hâte d’arriver en Équateur. La ligne qui sépare le nord du sud s’y trouve. Trois jours après avoir quitté la Colombie, nous sommes finalement entré en Amérique du sud, la vrai!. La ligne se trouve à quelques km au nord de Quito. On s’est dit enfin, on va pouvoir descendre de l’autre côté de la planète et notre vie de cycliste s’en trouvera améliorée. Mais non, les montagnes de l’Équateur sont encore plus grandes que celles parcourues à date et les descentes ne sont pas plus longues. La planète n’est-elle pas ronde??? Heureusement, ici les routes sont belles. Le président actuel, Raphael Correa, en poste depuis quatre ans, en a fait son affaire. Par la mise en place d’une politique d’appel d’offre plus honnête, ce gouvernement à tendance socialiste, construit plus et offre d‘avantage de services publics...ce, avec les mêmes ressources que ses prédécesseurs (pétro dollars aidant). Moins de corruption quoi! C’est aussi un pays aux mœurs politiques plus saines et plus stables que la Colombie ou le Pérou que l‘on pointe du doigt pour l‘augmentation de la délinquance. On dit que c’est aussi plus facile d’y faire affaire. En tous cas, la politique fait jaser. Correa a des affinités avec les autres gouvernements dits socialistes d’Amérique latine (Vénézuela, Cuba, Nicaragua et Bolivie) et se trouve souvent à couteau tiré avec les USA. Durant notre séjours ici, l’ambassadeur américain a d’ailleurs été chassé du pays. Il paraît qu’il faisait de l’espionnage.  Les USA ont aussitôt répliqué en extradant de Washington l’ambassadeur de l’Équateur. En tous cas, c’est agréable de discuter politique avec les gens d’ici, c’est animé !
Haies- cimetière de Tulcan

Un beau pays qu’est l’Équateur. Séparé en trois zones distinctes (la mer, les montagnes et la jungle) le pays a beaucoup à offrir. Nous avons séjournés principalement dans deux zones: les montagnes et la jungle amazonienne. Les deux nous ont plu. Encore que la sierra se trouvait en pleine saison des pluies et nous a fait quelques fois grelotter des orteils aux bouts des doigts. Faut dire que depuis notre départ, on s’est habitué à la chaleur...

Marché des animaux d'Otavalo
À notre entrée, à quelques km de la frontière de la Colombie, nous avons visité le cimetière de Tulcan. En 1973, j’ai fais la tournée de ce cimetière aux haies multiformes. J’avais à peine 18 ans que je m’étais improvisé exportateur de lainages et d’artisanat. En gagnant quelques $, ce commerce me permettait de voyager. Le cimetière d’alors (il y a 35 ans) était plus petit mais tout aussi beau. J’avais d’ailleurs rencontré la famille de sculpteurs de haies et m’était bien amusé avec les enfants aux «mains de ciseaux». Le travail était alors artisanal. Aujourd’hui, c’est la municipalité qui s’occupe de la c’est toujours la principale attraction touristique du coin. Nous nous sommes rendus à Otavalo, lieu légendaire de l’Équateur pour ses marchés de tissus et d’animaux. Les indigènes Otavaliens sont d’ailleurs réputés bons commerçants. Toujours bien habillés et ultra propre, ils sont fiers. J’ai pris plaisir à reconnaître les lieux où je faisais les achats pour l’exportation. Le commerce de la laine et de l’artisanat a cependant diminué, m’a-t-on dit. La Chine et ses textiles à bon marché fait mal à l’artisanat fait à la main. Le marché des animaux où on y pratique le troc est aussi très intéressant et fort coloré.

Tunnel sur la piste cyclable menant à Tumbaco
Après Otavalo, nous avons traversé la ligne de l’équateur puis sommes entrés sur Quito, la capitale.  Après avoir passé par une extraordinaire piste cyclable (anciennement une voie ferrée) nous arrivons à la destination du jour. Nous fumes accueillis par Santiago qui tient «La Casa de ciclistas» de Tumbaco (banlieue de Quito). Santiago, est propriétaire d’une grande maison et depuis 20 ans accueille gratuitement les ciclo touristes du monde entier. Nous y étions en même temps que nos amis belges (rencontrés au Costa Rica, au Panama et en Colombie) et un couple d’allemands. Comme de raison, j’ai pu préparer ma fameuse sauce à spag. Quel bonheur que de partager un bon repas pour des appétits de cyclistes! Mais malheur, après notre départ de la casa, j’ai constaté mon oubli de mon bon couteau de Chef !...une autre perte au chapitre des abandons. Pendant notre séjours à la Casa, nous avons pris le temps de faire une tournée dans Quito et de voir le fameux musée consacré à l’artiste Oswaldo Guayasamín (Capilla del hombre). Une architecture simple et splendide qui donne toute la place aux œuvres de Guayasamín. L’artiste décédé en 1999 est enterré sous un pin canadien, tout près du musé. Le musée d’anthropologie de la ville montre aussi une excellente collection de poteries, de masques en or et d’artéfacts préhispaniques fort intéressants. À mon avis, un des meilleurs musée d’anthropologie préhispanique après celui de Mexico City. Mais on avait pas le droit de prendre des photos...désolé !
Capilla del Hombre

Après Quito, nous avons pris des petits chemins de travers qui nous ont conduits à Baños, un lieu fort visité par les touristes en quête de sensations fortes ou de relaxation. En bordure d’un des plus haut volcan du pays (Tuagurahua 5.029m), on y pratique toutes sortes de sports extrêmes: bungee, kayak en eau vive, parapente, rafting, etc.. Mais l’endroit est d’avantage reconnu pour ses eaux thermales. Nous, on s’est contenté de gravir la base du volcan Tuagurahua. On y a rencontré le surveillant du volcan. Un bénévole qui travaille avec les vulcanologues et fait de la prévention, nous a-t-il dit. Le volcan a fait plusieurs éruptions lors des 10 dernières années et demande une surveillance au-delà des instruments sismiques. Son lieu privilégié pour observer les sautes d’humeur de son protégé est une maison dans un arbre. Bel endroit où on peut aussi se balancer au-dessus d’un pré quoi se donner la chair de poule! Baños, temps de repos en hôtel familial et nous voilà parti pour l’Amazone ! Encore ici, une belle piste cyclable longe la vallée qui va en pente descendante jusqu’à Puyo, porte d’entrée sur l’Amazone.
Remplacement d'un pont effondré par un chaland sur câble

(dernière nouvelle: une semaine après notre passage, le volcan a fait une forte éruption. Baños fut évacué. Dommage que nous ayons raté cet événement...)

Avec Indy l'argentin à Ecuador Farm
C’est au km 34 sur la route entre Puyo et Macas que nous avons rencontré Indy, un argentin idéaliste à la vie bien remplie. Il invite les voyageurs à former une communauté utopique dans la jungle. Il gère une terre de 5km sur 3km de forêt vierge (secondaire) et offre gratuitement aux étranger de s’y installer. La seule condition est de ne pas couper d’arbre ou de tuer des bêtes! On y a fait la rencontre d’un médecin indigène (Shaman Liushan). Lui, il gère une ferme qui accueille des touristes bénévoles intéressés par l’agriculture ou la médecine traditionnelle de son peuple (les Andeos). À l’âge de 48 ans, il a connu ce coin de pays qui n’avait de routes que des sentiers. C’était la jungle à l’état pure et on vivait exclusivement de cueillette et de chasse. Aujourd’hui, il doit marcher au minimum une heure pour rentrer dans la forêt primaire...tout a été coupé...mais repousse très vite, nous a-t-il dit. Mais il n’y a presque plus d’animaux. Ce ne serait pas possible de vivre aujourd’hui de chasse. Ici on est pas dans l’Amazonie de la plaine. On est à 800m d’altitude, au pied des Andes. Le climat est meilleur que dans la plaine ou c’est plus chaud et humide. À son invitation nous nous sommes rendus à sa ferme pour vivre une expérience unique: le rite de l’Ayahuasca. Il s’agit d’un rite traditionnel de nettoyage et de visions. On doit d’abord se rendre dans la jungle primaire pour y faire la cueillette d’une diversité de plantes et d’essences d‘arbres. À partir de ces plantes, le shaman prépare une potion.
Cueillette dans la jungle primaire
Prêts pour l'Ayahuasca?
Au levé du jour, on devra boire une partie de ce breuvage. On sera ensuite lavés et frottés de feuillages jusqu‘à ce que les impuretés de notre corps  se soient disséminées. On devra ensuite jeûner toute la journée et ne boire que de l’eau. En soirée, on prépare la décoction de l’Ayahuasca. C’est une vigne sacrée, que l’on trouve seulement en Amazonie des plaines. La potion hallucinogène sert de «miroir de l’âme, un cérémonial pour affronter nos peurs les plus intimes». Katja et moi avons pris la potion...une première dose n’a pas fait son effet mais dès la deuxième dose, nous avons rejetés le contenus de nos estomacs (que du liquide). Moi, j’ai ensuite plané. Katja a vu une vache dans une crèche inexistante et ne s’est pas remis de ses étourdissements et de son mal d’estomac. Katja a préféré se retirer dans la tente et s‘étendre pour se concentrer sur ses ses douleurs. Moi, j’ai visité la jungle et jasé avec la lune, ma seule compagne du moment. Les couleurs nocturnes aux tintes d’aciers étaient vives....mais je n’ai pas eu de visions ou de révélations. Au lendemain, le shaman nous a dit que notre condition de cycliste fait de nous des gens plus  en forme que la moyenne, c’est pour cela qu’il a fallu augmenter la dose. Que Katja a un problème à régler avec le centre de son corps...son estomac, paraît-il. Que ça prendrait d’autres séances pour voir clair dans «notre intérieur». Enfin, on a quitté ce lieu le cœur content. Katja a momentanément retrouvée sa fougue dans les côtes...

En peinture de guerre!
La route toute neuve et peu achalandée de l’Amazone équatorienne est merveilleuse pour les cyclistes que nous sommes. À 800m le climat est bon. Les côtes sont des promontoires de quelques centaines de mètres, les rivières abondent et la végétation est luxuriante. On roulera jusqu’à Macas où nous passerons la nuit dans un hôtel ordinaire. La ville est en rénovation et il y a de la poussière partout. Notre prochaine destination est Cuenca. Avant d’y arriver, nous arrêtons à Mendez, un petit village dans le creux des montagnes. On y restera deux jours. Nous avons pris un guide qui nous fait visiter une ferme de cane à sucre où on prépare de l’aguardiente (rhum local). On fera une randonnée dans la nature et visiterons une grotte «miraculée» où il y aurait eu un miracle. Un prêtre italien y aurait vu une apparition de la vierge et a converti la caverne en lieu de pèlerinage. Nous avons ensuite dîner chez une sorcière qui élève les oiseaux en perdition et garde en conserve plusieurs potions et fétus d’animaux. La route de montagne qui mène à Cuenca est en construction. Elle est ouverte aux véhicules que deux heures par jour. Plutôt que de faire le 166km en bicyclette, nous faisons du pouce. On sera pris par des prospecteurs d’or qui se rendent près de Cuenca. Même pour un camion, la route est effectivement très peu carrossable. Nous sommes heureux d’avoir fait le choix du pouce...qui fonctionne d’ailleurs très bien  en Équateur.
Cowboy, fabricant d'aguardiente (alcool de cane)

Arrivé à Cuenca, on se rend à une ferme qui se trouve en banlieue, au pied des montagnes. On y restera cinq jours. La visite de la montagne, faire de la popote, visiter la ville en plein Vendredi Saint et vivre une fête bien arrosée ont bien occupés nos journées et nos soirées. La fermette décorée par des artistes et son grand potager organique est très chouette. Nous avons particulièrement apprécié la fête où étaient invités des musiciens de Bossa Nova de bon calibre. Nous y avons aussi fait la rencontre d’une québécoise-équatorienne qui nous a invité à sa maison à Vilcabamba, un village qui se trouve sur notre route vers le Pérou. Rien à dire de particulier sur Cuenca, ville proprette, très religieuse.

Fête à la maison de Fanny - avec trio de Bossa Nova
Une fleur parmi les fleurs...trouvez l'orchidée ?
Nous avons plus de 200km à faire pour nous rendre à Loja, prochaine ville d’importance sur notre route. Une route montagneuse qui nous fait passer à des altitudes de 1200m à 3200m. Nous aurons recours à un «lift» en camionnette pour monter une côte et le reste se fera sur nos deux roues. Trois jours de route pour franchir cette distance et de la pluie à chaque jour. À la fin du premier jour, on recevra une bonne douche glaciale. Pas de place pour se garer à l’abri. Il faut affronter. Nos impers tiennent à peu près le coup tandis que nos sacs - qui ne sont pas tout à fait imperméables- se voient trempés à l’extérieurs, mais pas nos vêtements à l’intérieur (protégés par des ziplocs spéciaux). On est contents du test. Il est 17h, on voudrait bien se trouver un hôtel au sec. Le premier village nous refuse l’hospitalité. Y’a pas d’hôtel. On fait 10k de plus pour arriver à La Paz, petite bourgade de montagne...sans hôtel. Il fait froid. Heureusement, une bonne dame nous ouvre la porte d’une salle de classe où on installera notre tente et ferons sécher nos vêtements. La nuit sera bonne. Le lendemain, on débute par une descente de plus de 20km pour remonter en autostop jusqu‘à Saraguro (45km plus loin). On aura ensuite une montée de 20km et une petite descente jusqu’au village autochtone de San Lucas. Dans un courriel, nos amis cyclistes belges Sara et Barth nous ont recommandé de prendre une route secondaire qui longe une rivière. La route de terre débute à San Lucas pour aboutir à Loja, notre destination. En plus de la joie de quitter la Pan Am, cette jolie route panoramique, nous fait croiser quelques villages. On y trouvera un excellent coin pour planter notre tente et dormir sous les étoiles. Il y aura de la pluie durant la nuit, mais bon, notre tente HubaHuba avec ses deux vestibules prouve son excellence et tout reste au sec. 20km et nous sommes à Loja, ville de commerces et de marchés. Un temps de répit en hôtel, on lave les vêtements, on refait nos provisions et nous reprenons la route pour Vilcabamba, village réputé pour sa population de centenaires.
Le long de la rivière...

Les statistiques montrent que 64 citoyens (nés à Vilcabamba et qui y vivent toujours) sur 100 passent le cap de centenaires. Il n’existe que trois lieux sur notre planète qui montrent un tel taux de vieillissement de la population. Le village est d’ailleurs un laboratoire gérontologique et l’évolution de sa population est suivie par quelques scientifiques. Ce phénomène a d’ailleurs fait l’objet de plusieurs reportages...j’en ai déjà vue à Radio-Canada. Il semblerait que ce soit le climat et le type de vie paisible ainsi que l’alimentation saine et naturelle qui est au cœur de cette longévité. La réputation du village a aussi fait que plusieurs étranger viennent y vivre leur retraite. Toujours est-il qu’en arrivant au village, je compose le no de tel qu’Eva m’a laissé. Je lui parle. Elle n’est pas chez-elle mais m’indique où se trouvent les clés et nous invite à nous installer. Trois jours passent et Eva n’est toujours pas venue à la maison. Elle nous envoi un émissaire pour nous faire savoir qu’elle quitte pour la côte où elle rencontrera son frère. Merci Eva pour la maison. De toute beauté ! La propriété a une vue extraordinaire sur la vallée et le village. Excellent pour relaxer. Abandonné depuis trop longtemps, nous avons d’ailleurs réussi à reprendre notre yoga. La bicyclette nous rends fort mais on perd en souplesse. C’est bien ce qu’on a pu constater. On se promet bien de reprendre régulièrement notre yoga lorsque nous arriverons au nord de l’Argentine, là où on veut séjourner un temps.
Maison d'Eva, la QuébéQuatorienne de Vilcabamba

Il nous reste environ 150km par route de terre pour arriver à la frontière péruvienne. On sera alors dans la province de Cajamarca, lieu visité lors de notre dernier voyage au Pérou en août 2010. À ce que je me souvienne les montagnes sont encore plus grandes qu’en Équateur...

J'ai survécu à un éboulement !!!
Au moment de terminer le chapitre sur l’Équateur, nous nous trouvons à San Ignacio au Pérou. Finalement, Eva (notre hôte de Vilcabamba) est apparue chez-elle le soir avant que nous ne quittions.  Nous avons pu faire un peu mieux connaissance. Nous nous sommes rendus à une fête en soirée avec ses amis. Sympa, mais fini tard (1h AM). Nous avons quand même pris la route vers 8h30 AM pour nous rendre jusqu’à un petit village (Valladolïd) où nous avons trouvé une non, le curé nous aurait hébergé. La journée du lendemain fut quelque peu épouvante: pluie, route en construction et boue à volonté! J’ai même été coincé entre deux éboulements de terre. Je m’étais protégé derrière une grosse roche, mais quand j’ai vu qu’un grand pan d’arbres et de terre juste au dessus allait débouler, j’ai déguerpi! La moitié de la route fut ensevelie sous les roches, le sable et la boue. Katja est venu me rejoindre lorsque le sol a arrêté de s’écrouler. J’ai eu chaud! Cette journée-là, malgré la pluie, les éboulements, la boue... on a quand même fait bonne route (40km). Le lendemain matin il pleuvait toujours...on a attendu jusqu’à 10h avant de rouler. Le ciel s’est montré plus clément et la route plus charmante (plus de construction). Mais les pentes nous ont obligé à pousser nos bicyclettes à quelques reprises. Puis, pour l’ultime pente, ce fut le bus. À peine 10k pour nous laisser à Zumba, dernière ville de l’Équateur avant la frontière du Pérou. Ici, plus de bus normal. La route est tellement mauvaise que ce sont les bus de campagnes qui font le trajet vers la frontière...un autre 40k et nous y sommes enfin. Le poste frontière est très rudimentaire. Nous le franchirons pour trouver un camping quelques km plus loin. On est le 3 mai et nous voilà au Pérou !

Et nous voilà au Pérou !